DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Union bancaire : ça se complique


Le bureau de Bruxelles

Union bancaire : ça se complique

L’Union bancaire a subitement du plomb dans l’aile. Les 17 pays de la zone euro ont prévu de mettre en place une autorité centrale pour gérer les crises et les faillites bancaires. Mais l’Allemagne a fait savoir qu’il faudrait pour cela changer les traités européens.

Changer les traités, on peut en discuter, a réagi le président de l’eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, mais “ nous devons en même temps travailler sur d’autres aspects. L’union bancaire ne peut pas attendre. Le mécanisme unique de supervisionn peut commencer, les exigences de fonds propres doivent être mises en place et nous devons travailler sur une directive pour la résolution. “

Réunis à Bruxelles, les ministres devaient aussi donner leur feu vert au déblocage de trois tranches d’aide pour Chypre, la Grèce et le Portugal. Quant à la France, qui a obtenu deux ans de plus pour réduire son déficit, elle martèle son leitmotiv sur la croissance.

“ Je salue l’intention du commissaire Rehn de faire preuve de flexibilité, de laisser du temps et de faire en sorte qu’on garde la préoccupation de la croissance. Etre sérieux, oui. C’est ce que nous voulons. L’austérité, nous la récusons “ , a dit à son arrivée le ministre Pierre Moscovici.

L’Italie, qui dispose enfin d’un gouvernement, a pu présenter ses projets de réforme et de relance de la croissance. Désormais, c’est un autre pays, la Slovénie, qui inquiète la zone euro. Pour l’instant, les Européens l’assurent, aucun plan d’aide n’est en discussion pour la Slovénie, mais ce pays est le dernier à être placé sous haute surveillance, et le ministre devait tenter de rassurer ses partenaires en détaillant les réformes prévues.

“ Nous devons, en même temps que nous discutons d’une modification des traités, travailler sur d’autres aspects. L’union bancaire ne peut pas attendre. Le mécanisme unique de supervision bancaire peut commencer, les exigences de fonds propres doivent être mises en place et nous devons travailler sur une directive pour la résolution bancaire. “

“ Je salue l’intention du commissaire Rehn de faire en sorte de faire preuve de flexibilité, de laisser du temps et de faire en sorte qu’on garde la préoccupation de la croissance. Etre sérieux, oui. C’est ce que nous voulons. L’austérité, nous la récusons. “

“ Pour l’instant, les Européens l’assurent, aucun plan d’aide n’est en discussion pour la Slovénie. Mais ce pays est le dernier à être placé sous haute surveillance, et le ministre devait tenter de rassurer ses partenaires en détaillant les réformes prévues. “

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Réforme de la pêche : les militants écologistes mettent la pression