DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Incidents PSG : la polémique prend un tour politique


France

Incidents PSG : la polémique prend un tour politique

Des vitrines cassées, des véhicules vandalisés, des dizaines de milliers d’euros de dégâts à quelques mètres de la Tour Eiffel. La fête pour célébrer la victoire du PSG dans le championnat de France de football a tourné à l‘émeute lundi soir à Paris. Résultat : l’image du football une nouvelle fois ternie et une polémique sur le dispositif de sécurité mis en place

“C‘était la guerre, c‘était la guerre explique une habitante du quartier. C‘était inimaginable. La police était là-bas derrière des boucliers. Ils ont eu le temps de casser tout ce qu’ils voulaient. Personne n’est venu les voir et essayer de les arrêter. Personne !”

Débordements de supporters ultras du PSG interdits de stades, des centaines de casseurs venus en découdre avec les forces de l’ordre: l’esplanade du Trocadéro s’est transformé en champ de bataille.

L’opposition réclame des comptes au ministre de l’Intérieur :“Ce qui s’est passé hier est extrêmement grave affirme Jean-François Copé, le président de l’UMP. Extrêment grave parce que cela a montré hélas l’incapacité du ministère de l’Intérieur et en particulier du préfet de police à assurer dans des conditions cohérentes avec l’idée que nous nous faisons de l’autorité de l’Etat, la sécurité des personnes et des biens dans ce quartier de la capitale.”

Manuel Valls rispote en accusant la droite de dénigrer le travail de la police : “J’entends dire de la part de certains, à droite, dans l’opposition, à l’extrême-droite, dire que la police n’a pas fait son travail dit-il. Il y a déjà quelques semaines, ces mêmes parlementaires, ces mêmes responsables ont mis en cause la police dans la gestion de l’ordre public pour ce qui concerne les manifestations contre le mariage pour tous. Il y a donc aujourd’hui une mise en cause non pas du ministre de l’Intérieur, mais des forces de l’ordre. Et ceci est inaceptable de la part de ces élus.”

Le sacre du PSG a tourné au fiasco : 32 blessés et 39 personnes arrêtées. Même les joueurs du PSG ne sont restés que cinq minutes sur le podium, sans s’adresser à la foule.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Bangladesh : prière collective pour les victimes de la tragédie de Savar