DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Manifestations de colères après l'attentat de Benghazi


Libye

Manifestations de colères après l'attentat de Benghazi

Ces images se déroulent peu après l’explosion de la voiture piégée à Benghazi. Des centaines de manifestants en colère accusent les milices armées, très présentes dans la ville, d‘être à l’origine de l’attentat. “Non aux milices, nous voulons une armée sous une seule bannière”, scandent-ils.

Le bilan humain de l’attentat reste provisoire, entre 5 et 15 victimes et une trentaine de blessés d’après les autorités.

La déflagration s’est produite sur le parking de l’hôpital Al-Jala de la ville, ancien foyer des rebelles anti-Kadhafi. Autour du véhicule les dégâts sont importants: un restaurant détruit
et plusieurs immeubles endommagés.

Cette attaque est la première à se produire en plein jour, au milieu des civils et dans un quartier animé de la ville. Les précédentes attaques se sont produites de nuit ou très tôt le matin, probablement pour éviter de faire des victimes parmi la population.

En trois jours, Benghazi avait déjà été la cible de deux attentats. Vendredi, une bombe explosait près d’un commissiariat. Une seconde visait un autre poste de police dimanche. Deux ans après la chute du guide libyen, le pays reste en proie à des violences régulières. Des groupes salafistes armés tentent d’imposer leur loi à une population déboussolée. La capitale, Tripoli, vient de vivre deux semaines de siège. Des groupes rebelles ont pris d’assaut les ministères des affaires étrangères et de la Justice. Leur objectif ? Faire partir d’anciens membres de l’ancien régime toujours au pouvoir.

Face à l’insécurité croissante en Libye où les autorités peinent à mettre sur pied des forces de sécurité efficaces, Londres et Washington ont décidé d‘évacuer une partie de leur personnel diplomatique à Tripoli. Les Etats-Unis ont même prépositionné des forces militaires pour intervenir en cas de menace, quelques mois après l’attaque contre leur consulat en Libye. D’autres chancelleries occidentales ont également réduit leurs effectifs.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Reshma, la miraculée du Rana Plaza