DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bulgarie : l'ex-Premier ministre demande l'annulation des élections

Vous lisez:

Bulgarie : l'ex-Premier ministre demande l'annulation des élections

Taille du texte Aa Aa

Alors qu’il a remporté les élections législatives dimanche dernier, Boïko Borissov souhaite de nouvelles élections. Le conservateur a affirmé jeudi que la loi avait été “brutalement violée au cours de la journée de réflexion à la veille des élections” où tout acte de campagne est strictement interdit.

La veille des élections, la police de Sofia a saisi 350 000 bulletins de vote frauduleux dans une imprimerie privée ayant produit tous les bulletins électoraux. L’imprimerie appartenait à un élu du Gerb. Cette affaire a alors fait l’effet d’une bombe quand un média l’a révélée. Les différents appareils politiques ont brisé le silence imposé par la loi pour pointer du doigt le parti en l’accusant de vouloir manipuler les élections.

“La meilleure solution”

En réaction aux résultats, l’ex-Premier ministre a annoncé qu’il demanderait l’annulation de l‘élection devant la Cour constitutionnelle. Le leader du parti conservateur considère que c’est “la meilleure solution” pour débloquer la situation et former un gouvernement stable. Selon lui, de nouvelles élections pourraient avoir lieu dans six semaines.

En cas de refus de la part de la Cour constitutionnelle, Boïko Borissov a assuré qu’il proposerait un gouvernement minoritaire “tout en sachant qu’il ne passera pas” au Parlement. Borissov s’estime victime d’une “propagande” qui a perturbé le bon déroulement des élections et rendu le résultat “illégitime”.

Le parti conservateur Gerb a remporté les élections législatives du 12 mai sans obtenir de majorité absolue. Le Gerb a obtenu 97 sièges sur 240 au nouveau Parlement, suivi de très près par les socialistes (84 sièges). Les partis des musulmans turcs et des ultranationalistes d’Ataka ont d’ores et déjà annoncé qu’ils refuseraient de soutenir un gouvernement mené par le Gerb.

Dans un contexte où les tensions entre les différents partis sont extrêmement vives, il semble difficile de former un gouvernement de coalition.

En février dernier, des manifestations populaires dénonçant la pauvreté et la corruption avaient entrainé la démission du gouvernement de Boïko Borissov et l’organisation d‘élections anticipées.