DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Menacés de sanctions, les enseignants grecs annulent leur grève


Grèce

Menacés de sanctions, les enseignants grecs annulent leur grève

En Grèce, les enseignants du secondaire ont annulé leur grève prévue ce vendredi, sous la menace de sanctions et faute de soutien populaire. Il faut dire que ce jour coïncide avec le début des examens pour l’entrée à l’université, très importants pour les élèves.
Les syndicats d’enseignants expriment néanmoins leur opposition à un projet du gouvernement, qui prévoit d’augmenter leur temps de travail hebdomadaire et de tranférer 4000 professeurs vers des régions enclavées de Grèce.
Ces lycéens d’Athènes regrettent que la menace de grève ait perturbé leurs révisions.

“C‘était une période stressante. Le fait de ne pas savoir si les examens auraient lieu ou pas nous a mis sous pression, dit une lycéenne. Nous essayions de nous concentrer sur nos révisions, mais avec une incertitude.”

“On a été gêné, parce qu’on avait un programme à suivre et on avait l’impression que si les examens étaient reportés, on risquait de perdre la dynamique de nos préparations,” ajoute un autre lycéen.

Le gouvernement grec avait invoqué la loi autorisant la mobilisation forcée en cas de trouble à l’ordre public et menacé d’arrêter et de renvoyer les enseignants grévistes.

“ Voila la copie de l’ordre de mobilisation que le gouvernement a adressé aux enseignants et qui les a incités à annuler leur grève, explique Stamatis Giannisis, correspondant d’Euronews en Grèce. Mais leur décision d’assurer la surveillance des examens des élèves ne signifie en aucun cas qu’ils renoncent à leur lutte contre le projet du gouvernement.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Impopulaire, F.Hollande maintient sa feuille de route économique