DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Une Chinoise condamnée à mort pour escroquerie


Chine

Une Chinoise condamnée à mort pour escroquerie

Une femme d’affaires chinoise a été condamnée à mort pour avoir escroqué des investisseurs à hauteur de plus de 80 millions d’euros, rapportent les médias officiels vendredi, alors que les autorités intensifient leur lutte contre la finance occulte.

Lin Haiyan, 39 ans, qui vit à Wenzhou dans la province du Zhejiang (est), un bastion de l‘économie privée chinoise, a été reconnue coupable d’une levée de fonds illicite de 640 millions de yuans (81 millions d’euros) auprès de proches et d’investisseurs privés, selon le quotidien économique Meiri Jingji Xinwen.

En 2009, la condamnation à mort d’une autre femme d’affaires, Wu Ying, également dans le Zhejiang, pour avoir levé illégalement des fonds avait provoqué un tollé dans l’opinion publique.

D’abord confirmée en appel par la Haute Cour de la province, sa sentence avait finalement été commuée en prison à vie l’an dernier sur ordre de la Cour suprême chinoise.

A Wenzhou, les prêts clandestins sont monnaie courante. En 2011, la ville a été frappée par une crise des crédits qui a poussé certains entrepreneurs au suicide et d’autres à disparaître pour échapper à leurs créanciers. Le spectre d’une crise financière chinoise avait été évité.

Depuis qu’elle avait commencé à lever des fonds en 2007, Lin plaçait l’argent en Bourse et sur les marchés à terme, où elle a beaucoup perdu, d’après le journal qui cite un rapport du tribunal de Wenzhou.

Plutôt que de reconnaître ses énormes pertes, elle annonçait d’importants profits à ses investisseurs, pour continuer à leur emprunter de l’argent, avec lequel elle remboursait les précédents emprunts et continuait à jouer en Bourse.

L’arnaque apparut au grand jour en octobre 2011. Après une nouvelle perte de capital, Lin Haiyan fut dans l’impossibilité de rembourser plus de 428 millions de yuans sur le total des fonds levés, d’après le quotidien économique.

La Chine renforce actuellement ses contrôles sur les prêts informels, souvent opaques, risqués et non régulés. Le mois dernier, le gouvernement a annoncé l’arrestation de 4 170 personnes pour “levée de fonds illicite”, des charges qui recouvrent plusieurs formes d’investissements, notamment les prêts accordés par des particuliers ou les tontines.

Le gouvernement précise que 1 449 condamnations ont été prononcées, qui vont de cinq ans de prison à la peine capitale, sans donner de détail.

AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le Roi d'Espagne se sépare de son luxueux Yacht