DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Cannes : l'immigration clandestine, selon Kaveh Bakhtiar


cinema

Cannes : l'immigration clandestine, selon Kaveh Bakhtiar

En partenariat avec

Cannes, c’est aussi un tremplin pour les jeunes auteurs avec la Quinzaine des réalisateurs.

Créée après mai 68 par la Société des réalisateurs de films, cette section parallèle du Festival est non compétitive et est ouverte à tous les formats de fiction et de documentaire.

Dans cette dernière catégorie, voici “l’Escale”, qui dresse le portrait d’immigrants clandestins en transit à Athènes. Ils se retrouvent coincés dans l’appartement d’Amir, un immigré iranien, dans l’attente de papiers.

Né en Iran, Kaveh Bakhtiari, le réalisateur, est arrivé en Suisse à l‘âge de 9 ans. C’est son premier documentaire après plusieurs court-métrages très remarqués. Il l’a tourné seul, sur un tout petit budget.

“C‘était dans l’urgence, explique-t-il. C‘était à l’instinct. Et rétrospectivement, je pense que mes instincts de quelqu’un qui vient plutôt de la fiction m’ont sauvé pour pouvoir raconter ces histoires : comment on isole les gens, je ne montre rien de la Grèce, je ne reste que sur les gens. Finalement, c’est ça qui a permis au film d‘être là où il est aujourd’hui à Cannes.”

Il poursuit : “à un moment dans le film, quelqu’un me dit : ‘et toi, est-ce que, à ton âge, tu aurais émigré aussi ?’ Et j’ai eu beaucoup de peine, ça m’a surpris cette question. Et la seule chose qui m’a traversé l’esprit, c‘était de dire : ‘mais moi, en tant qu’occidental, ce que je peux dire c’est que le jour où il n’y a plus aucun migrant qui voudra venir frapper à ma porte, c’est que ce sera à mon tour, en tant qu’Européen, d‘émigrer.’ D’ailleurs, regardez la Grèce. Maintenant, avec les problèmes économiques, les Grecs immigrent. Il y a des Espagnols, des Portugais qui immigrent au Brésil. Donc il y a déjà des mouvements qui sont en train de s’inverser.”

“Un documentaire engagé socialement et politiquement qui montre aux Européens à quel point la réalité peut être cruelle sans un passeport approprié pour être accueilli en Europe à bras ouverts,” commente notre envoyé spécial, Wolfgang Spindler.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Thomas Vinterberg lauréat du prix MEDIA de l'Union européenne