DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'UE veut faire front commun contre l'évasion fiscale

Vous lisez:

L'UE veut faire front commun contre l'évasion fiscale

Taille du texte Aa Aa

Les dirigeants européens sont réunis à Bruxelles pour un sommet axé essentiellement sur la lutte contre la fraude fiscale, qui représente, pour une Europe en récession, un manque à gagner annuel de 1000 milliards d’euros.

Pour combattre l‘évasion fiscale, l’Union européenne envisage de mettre en place, d’ici deux ans, un échange automatique d’informations bancaires entre les États membres. Jusqu’ici réticents, le Luxembourg et l’Autriche pourraient finalement donner leur feu vert, sous certaines conditions.

La chancelière allemande Angela Merkel se montre optimiste : ‘‘Il va y avoir, enfin, un échange d’informations bancaires au sein de l’Union européenne, même si, avant toute chose, nous allons devoir mener des négociations avec des pays tiers. C’est un grand pas en avant.’‘

François Hollande, de son côté, estime que “quand il y a des déficits à résorber, quand il y a de la recette fiscale à trouver, mieux vaut chercher celle qui se dissimule, que d’aller demander a ceux qui payent des impôts, d’en payer davantage. C’est un principe à la fois de justice et de bonne gestion. Doivent payer des impôts ceux qui n’en payent pas.”

Même si aucune décision concrète n’est attendue aujourd’hui à Bruxelles, les dirigeants européens veulent montrer, avant le sommet du G8, qu’ils font front commun contre l‘évasion fiscale. Dans leur ligne de mire notamment, les multinationales comme Apple, Google, ou Amazon.