DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bruxelles recule sur la façon de servir l'huile d'olive dans les restaurants

Vous lisez:

Bruxelles recule sur la façon de servir l'huile d'olive dans les restaurants

Taille du texte Aa Aa

La Commission européenne a été contrainte jeudi de retirer sa proposition fixant la manière de servir l’huile d’olive dans les restaurants.

“J’ai décidé de retirer la proposition de réglementation, car elle n’a pas obtenu un soutien suffisant lors d’un vote (des Etats membres) la semaine dernière”, a annoncé le commissaire européen à l’Agriculture Dacian Ciolos.

“Quinze Etats (dont les quatre grands producteurs d’huile d’olive de l’UE: Italie, Espagne, Grèce et Portugal) l’ont soutenue, mais cela n’a pas suffit à former une majorité qualifiée”, a-t-il expliqué.

Un front de pays conduit par l’Allemagne a bloqué la proposition de réglementation pour éviter de gêner le secteur de la restauration. M. Ciolos avait proposé d’interdire, à partir du 1er janvier 2014, de servir l’huile en petites jarres en verre ou en bols dans les restaurants. Il souhaitait notamment obliger les restaurateurs à servir uniquement à leurs clients de l’huile d’olive dans des flacons scellés et non-réutilisables, censés être recyclés après usage. La mesure était destinée à combattre la fraude et protéger les consommateurs. Le projet prévoyait également de mieux informer les consommateurs d’huile d’olive grâce à une amélioration de l‘étiquetage. “Les étiquettes devront indiquer de façon plus visible et lisible la dénomination du produit et son origine”, demandait la Commission européenne.

Saluée par le Copa-Cogeca, l’organisation qui rassemble les syndicats agricoles des pays de l’UE, la proposition à suscité l’ire du secteur Horeca (Hôtelerie-restauration-café) qui a dénoncé son coût financier et environnemental. “La mesure a suscité beaucoup de critiques même en France” qui soutenait pourtant le plan d’action pour l’huile d’olive, a reconnu l’entourage du commissaire. Pire, elle est devenue un argument pour tous les eurosceptiques qui sont partis en croisade contre une intrusion inacceptable de Bruxelles, “monstre bureaucratique”.

“C’est exactement le genre de domaine dont l’Union européenne doit sortir à mon avis”, a ainsi lancé le Premier ministre britannique, David Cameron, dont les propos ont été largement relayés par les médias anglo-saxons. “Ça ne devrait même pas être mis sur la table, pour faire un mauvais jeu de mots”, a-t-il ironisé. Une cinquantaine d‘élus européens ont co-signé une lettre adressée au président de la Commission européenne José Manuel Barroso par les eurodéputés conservateurs allemands Monika Holmeheier et Peter Liese pour réclamer le retrait de la mesure.

Dacian Ciolos a été contraint de s’exécuter. Il est venu en salle de presse annoncer sa capitulation et a juré qu’on ne l’y reprendra plus. Il présentera “une nouvelle proposition” mais il n’a pas précisé quand. “Si je le savais, ce serait déjà fait”, a-t-il lancé visiblement contrarié. “Je travaille pour l’intérêt général”, a-t-il ajouté.

Sa nouvelle proposition sera présentée après concertation avec les producteurs, les associations de consommateurs et le secteur de la restauration, a-t-il dit. Dacian Ciolos avait présenté en juin 2012 un plan d’action qui entend venir en aide aux producteurs d’huile d’olive de l’Union européenne, confrontés à des prix très bas, en essayant de renforcer leur compétitivité et leur image de marque, tout en informant mieux les consommateurs.
D’autres dispositions prévoient une augmentation des contrôles sur la qualité de l’huile d’olive dès 2014, ainsi qu’un renforcement des sanctions en cas de fraude. L’UE est le premier producteur, consommateur et exportateur d’huile d’olive au monde.

(AFP)