DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Cannes 2013: "Omar", premier film 100% palestinien


cinema

Cannes 2013: "Omar", premier film 100% palestinien

En partenariat avec

A l’image de cette course poursuite dans les rues défoncées de Gaza, “Omar”, présenté au festival de Cannes 2013 dans la sélection “Un Certain Regard”, est un film qui tient le spectateur en haleine. C’est l’histoire de trois copains palestiniens qui décident de créer leur propre cellule de résistance.
Très vite, leur engagement tourne mal : ils tuent un soldat israélien. L’un d’eux est arrêté, l’un d’eux est un traitre. Omar, lui, est innocent mais soupçonné par les siens et manipulé par les Israéliens. “Omar” est un film d’action trépidant, mais pas seulement.

Adam Bakri, l’acteur principal, explique: “ C’est une histoire universelle. Cela se passe dans la bande de Gaza, mais le film ne dit même pas que c’est à Gaza que l’action se passe. Donc, tout le monde peut s’identifier, tout le monde peut se laisser entraîner dans l’histoire. Je pense qu’il y a un message politique fort dans ce film, mais il est sous-jacent. Il n’est pas brandi comme un étendard, c’est tout le génie de ce film.”

Pour le réalisateur, Hany Abu-Assad, “Omar” est avant tout une belle histoire d’amour.

“ L’amour. Je ne connais personne dans ce monde qui n’ait jamais été follement amoureux d’une autre personne. J’ai éprouvé ce sentiment, dit Hany Abu-Assad. Et je suis toujours fasciné par la façon dont les gens se perdent eux-mêmes et dont ils deviennent vulnérables. L’insécurité actuelle, c’est la raison pour laquelle les gens tombent amoureux et aussi la raison pour laquelle les histoires d’amour se terminent si mal.”

En 2006, Hany Abu-Assad avait signé “Paradise Now”, un film choc mettant en scène des kamikazes. Avec “Omar”, il est particulièrement fier d’avoir réalisé le premier film financé à 100% par des Palestiniens.
“Omar”, longuement applaudi par les festivaliers à l’issue de la projection cannoise, sortira sur les écrans français le 9 octobre.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Hommage cannois à Shiva, le roi de la danse