DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bitcoin : la monnaie virtuelle au fonctionnement opaque

Vous lisez:

Bitcoin : la monnaie virtuelle au fonctionnement opaque

Taille du texte Aa Aa

Les billets et pièces de monnaie sont-ils voués à disparaître? La crise économique et financière a, en tous cas, incité certains à s’orienter vers un nouveau mode de paiement : le bitcoin. Cette monnaie électronique a été créée en 2009 par un programmeur informatique, dont on ne connaît que le pseudo : Satoshi Nakamoto. Elle s‘échange librement sur internet, directement de personne à personne, et a l’avantage d‘échapper au contrôle des États et des banques.

Stefan et Luzius sont des pionniers du bitcoin. Ces deux ingénieurs ont gagné de l’argent en contribuant au développement de cette pièce virtuelle. Ils pensent qu’elle a de beaux jours devant elle, en partie grâce à son système sécurisé.

‘‘Dans le bitcoin, on ne fait pas confiance à une personne, ou un développeur en particulier. On fait confiance au code lui-même. Le code, on peut soi-même le consulter, des centaines de développeurs l’ont déjà fait; ils ont pu voir qu’il marchait. Et selon moi, ça permet d’avoir encore plus confiance. On dit d’ailleurs : la confiance c’est bien, mais le contrôle, c’est encore mieux’‘, explique Stefan Thomas.

“Moi, l’idée qui me plaît, c’est que la circulation des paiements puisse être libre. C’est un peu comme la liberté d’expression, c’est quelque chose de fondamental. Que l’on puisse garder soi-même sa richesse, la transmettre librement, et que l’on soit à l’abri des interventions des Etats”, souligne Luzius Meisser.

Pour éviter le risque d’inflation, les inventeurs du système ont limité à 21 millions le nombre de bitcoins en circulation. Les transactions sont déterminées par un algorithme complexe, ce qui les rend sûres. Elles sont anonymes, chaque utilisateur pouvant avoir différentes adresses pour effectuer ses paiements. Les bitcoins sont convertibles en euros ou en dollars; on peut acheter avec n’importe quelle devise. Pour gagner des bitcoins, on peut aussi mettre à disposition du réseau, la puissance de calcul de son ordinateur pour vérifier les transactions.

Aujourd’hui, les détenteurs de bitcoins peuvent acheter des ordinateurs ou des serveurs. Mais ils peuvent aussi commander une pizza, un livre, voir s’offrir une voiture ou un voyage. Même les smartphones ont désormais leur propre application ‘‘bitcoin’‘, qui permet, par exemple, de s’offrir un verre dans un bar tendance new-yorkais.

Actuellement, l’ensemble des bitcoins en circulation sur le web a une valeur d’environ un milliard d’euro. Mais la monnaie virtuelle est très volatile. Il y a quelques semaines, elle a perdu en un jour près de 80% de sa valeur, après avoir considérablement flambé sous l’effet de son succès grandissant. Ceux qui craignent pour leur épargne voit dans le bitcoin une nouvelle valeur refuge comme l’or.

Mais certains experts mettent en cause l’opacité de son fonctionnement. “On ne sait pas trop d’où vient le pouvoir d’achat de la monnaie; on ne sait pas qui se cache derrière, il n’y a pas de banque, pas d’autorité monétaire derrière, et donc, ça pose problème parce que ça risque de porter atteinte à toute la stabilité du système économique”, souligne Sergio Rossi, professeur d‘économies monétaires à l’université de Fribourg en Suisse.

Le bitcoin ne laisse aucune trace. C’est pourquoi il soulève des inquiétudes. Ses détracteurs soulignent qu’il peut être utilisé à des fins de blanchiment d’argent. Certains sites souterrains acceptent même désormais la pièce virtuelle pour acheter de la drogue ou des armes à feu.