DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La plate-forme de paiement Liberty Reserve accusée de blanchiment


Etats-Unis

La plate-forme de paiement Liberty Reserve accusée de blanchiment

La justice américaine a officiellement inculpé ce mardi les responsables de Liberty Reserve, une plate-forme de paiement électronique soupçonnée de blanchiment d’argent.
Cinq des responsables ont été arrêtés la semaine dernière en Espagne, au Costa-Rica et aux Etats-Unis. Deux sont toujours recherchés.

Selon Preet Bharara, le procureur américain chargé de l’affaire, “il s’agit de la plus grande enquête internationale jamais menée en matière de blanchiment d’argent”. En sept ans, Liberty Reserve aurait recyclé de manière illégale, l‘équivalent de 6 milliards de dollars.

“Liberty Reserve a été créée spécialement pour servir à des activités criminelles, assure Preet Bharara. C‘était essentiellement une banque de marché noir”.

Cette plate-forme permettait d’envoyer et de recevoir de l’argent de n’importe qui, n’importe où dans le monde, en dehors de toute règlementation. Pour brouiller les pistes, les utilisateurs passaient par des sites tiers pour effectuer les virements de fonds.

Les enquêteurs parlent d’une “plaque-tournante financière de la cybercriminalité”. Liberty Reserve était utilisée dans de nombreux pays comme le Vietnam, le Nigeria, la Chine et les Etats-Unis. Le site était basé au Costa-Rica.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Cuba s'ouvre un peu plus à internet, mais pas trop