DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mariage pour tous : Vincent, Bruno et les autres...


France

Mariage pour tous : Vincent, Bruno et les autres...

Préparer son mariage, c’est toujours un peu de stress pour les mariés… Mais pas pour Vincent et Bruno. Pour ce couple, avoir la tête occupée par les préparatifs a plutôt été un soulagement vu la focalisation médiatique que leur mariage a provoqué en France.

Car depuis le 17 mai, la loi autorise le mariage entre couples de même sexe en France, un changement radical approuvé par 52% des Français, mais farouchement refusé dans la rue par une partie de la société française. A la tête de ce mouvement, l’activiste anti-mariage gay Frigide Barjot s’est adressée ainsi aux jeunes mariés : “ Soyez heureux, faites la fête, mais comprenez bien que ce que vous allez incarner, ce que vous allez mettre en application, sachez que cela aura des conséquences sur la filiation des enfants.”

Or, dans les pays ou le mariage gay est légal depuis déjà quelques années, une fois le débat passé, c’est plutôt le retour au calme. En Belgique, il est légal depuis dix ans, le nombre de mariages homosexuels reste stable, un millier par an, cela représente 5% du nombre total de mariages. Signe de banalisation: le taux des divorces entre homosexuels est à 20%, comme chez les hétéros…

En Espagne, il y a eu quelque 20 000 mariages et près de 600 divorces depuis que l’approbation de la loi en 2005. Le tribunal constitutionnel a ratifié, en novembre 2012, la légalité de la loi ainsi que de l’adoption par les couples homosexuels mariés.

Une revendication qui s‘étend à toujours plus de pays. La Croatie, qui fera partie de l’Union européenne le 1er juillet 2013, y est confrontée. La constitution ne contient pas de définition de mariage, et les anti-mariage gay veulent un référendum pour la réviser. Les pro s’y opposent et réclament le droit aux mariage pour les homosexuels.

Mais dans certains pays, le seul acte de déployer un drapeau arc-en-ciel, c’est risqué. En Russie, seulement 1% de la population éprouve du respect pour les homosexuels selon le sondage du centre de recherche Levada.

Une hostilité que l’on retrouve en Ukraine, et qu’ont bravée une centaine d’activistes le 25 mai, en réussissant à manifester pour les droits des homosexuels durant 40 minutes à Kiev. Une petite victoire dans la longue lutte contre la discrimination.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le risque d'une contagion du conflit syrien est de plus en plus important