DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : un troisième pont controversé sur le Bosphore


Turquie

Turquie : un troisième pont controversé sur le Bosphore

Un nouveau pont reliera bientôt l’Asie et l’Europe près d’Istanbul, le troisième. Le chantier a été lancé en grande pompe par le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan. Le pont routier et ferroviaire doit franchir le Bosphore dans sa partie nord, près de la mer Noire. Il fait partie d’une série de grands travaux lancé par le gouvernement. Son coût est estimé à 2,3 milliards d’euros.
“Le jour du 560ème anniversaire de la conquête d’Istanbul, avec vous, nous écrivons une nouvelle page de notre histoire et débutons la construction d’un projet gigantesque” a lancé le chef du gouvernement turc aux milliers d’invités.
L’ouvrage est destiné à décongestionner le trafic routier. Mais le projet a sucité beaucoup de réticences, ses détracteurs estiment qu’il va défigurer une zone préservée jusque là de l’urbanisation effrénée d’Istanbul.

“Cette région est le poumon d’Istanbul, il y a beaucoup de forêt”, explique ce riverain. “Quand le vent souffle d’ici vers Istanbul, l’air de la ville est différent. Ils coupent beaucoup d’arbres, j‘éspère qu’ils en replanteront”.
Malgré les critiques, Le gouvernement a lancé avec fierté ce chantier qui se veut le symbole d’une Turquie forte.
Il y aura désormais un troisième point de passage entre l’Asie et l’Europe. Ce nouveau pont sur le Bosphore fera partie des plus hauts du monde. Les travaux doivent se terminer d’ici trois ans.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Croatie : le mariage homosexuel divise le pays