DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le tabac pourrait devenir le biocarburant du futur


science

Le tabac pourrait devenir le biocarburant du futur

En partenariat avec

Les scientifiques travaillent sur une modification génétique de la plante destinée à augmenter sa teneur en huile. L’huile une fois extraite serait ainsi source d‘énergie pour les voitures, les camions et autres appareils. L’objectif est d’améliorer la production de carburant tout en réduisant le coût. Des expériences ont tout juste commencé. Elles devraient s’achever en 2014.

“Il s’agit là de l’extrait lipophile total des feuilles de tabac. Nous avons modifié ces dernières afin qu’elles accumulent des huiles à l’intérieur des espaces d’air présents dans la feuille. Dans le cadre du protocole que nous avons développé, nous supprimons tous les produits lipophiles, y compris les chlorophylles et les autres composés de chlorophylle”, explique Anastasios Melis, biologiste à l’Université de Californie de Berkeley.

Dans un laboratoire de l’Université de Berkeley, en Californie, les chercheurs incorporent dans les feuilles de tabac des gènes issus des algues qui aident à la synthèse des hydrocarbures. Ils renforcent ainsi l’utilisation de la lumière et l’absorption du carbone par le tabac. En découle une amélioration de la photosynthèse et une plus grande production de tabac. Une version génétiquement modifiée du tabac
sera en mesure de produire de l’huile directement à partir des feuilles, de telle sorte que la production de biocarburants deviendra plus facile et moins coûteuse que celle du maïs ou du soja par exemple.

“Le tabac est parfait, pour nous, car il n’est pas comestible. Les infrastructures nécessaires à sa culture, sa récolte et sa production existent déjà. Nous avons donc pensé que c‘était un excellent choix pour produire du carburants”, explique Peggy Lemaux, chercheuse au Département des plantes de l’Université de Californie de Berkeley.

Aujourd’hui, la production mondiale de biocarburant dépasse les 100 milliards de litres. Près de 3% sont consommés dans le transport routier international.

Alors que les opposants toujours plus nombreux aux biocarburants estiment que ces produits sont responsables de l’explosion des prix des céréales, de la déforestation et qu’ils aggravent la faim dans le monde, le tabac pourrait donc être la solution, en tous cas un bon compromis.

Prochain article

science

Quand les cafards développent une aversion au sucre pour survivre