DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'idéologue des Khmers rouges admet sa responsabilité


Cambodge

L'idéologue des Khmers rouges admet sa responsabilité

L’ancien numéro deux du régime des Khmers rouges a admis pour la première fois, ce jeudi, sa responsabilité dans l’entreprise de mort qui a fait près de deux millions de morts en 1975 et 1979 au Cambodge.

Nuon Chea est actuellement jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité au tribunal international de Phnom Penh.

L’ancien ministre de Pop Pot a déclaré ne pas “chercher à fuir ses responsabilités”. Jusqu‘à présent, l’homme avait toujours rejeté les charges qui pesaient contre lui.

S’il a affirmé “assumer sa responsabilité dans le préjudice causé au pays” et exprimé ses “plus profondes condoléances” aux familles des victimes venues témoigner, Nuon Chea a tout de même souhaité relativiser ses aveux. L’ex-ministre de la propagande et de l’Éducation a affirmé que sa fonction ne lui laissait “aucun pouvoir” concernant ce qui s’est passé sous les Khmers rouges. Il a ajouté ne pas avoir été tenu au courant de tout à ce sujet.

Le procès a ouvert il y a deux ans. À 86 ans, le responsable du régime khmer est l’un des deux derniers accusés qui restent à comparaitre devant la justice. Après des années d’impunité, lui et son épouse ont été arrêtés en 2007.

Depuis 2006, le tribunal de Phnom Penh est parrainé par l’ONU pour juger les responsables des crimes commis au Cambodge dans les années 70. Un seul accusé est allé jusqu’au bout de son procès depuis l’entrée en fonction du tribunal. En 2012, Douch, l’ancien patron de la prison de Phnom Penh, a été condamné à la réclusion à perpétuité.

En moins de quatre ans, le régime des Khmers rouges a massacré un quart de la population du Cambodge.

Prochain article

monde

Allemagne : il vivait avec un crayon dans la tête depuis des années