DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : le parti de Beppe Grillo dans la tourmente

Vous lisez:

Italie : le parti de Beppe Grillo dans la tourmente

Taille du texte Aa Aa

Le Mouvement 5 Étoiles est-il sur le déclin ? Trois mois après une percée triomphale aux législatives, les quelque huit millions d‘électeurs ne sont plus au rendez-vous.

Le parti de Beppe Grillo a observé une nette défaite au premier tour des municipales ce dimanche. Le M5S n’a emporté aucune des 564 villes en jeu lors du scrutin. Malgré un nouveau record d’abstention, le parti doit se contenter de 12,8% des suffrages exprimés.

L’institut de sondage italien SWG voit là un véritable “revers” pour le mouvement contestataire. Le vice-président de l’institut, Maurizio Pessato, estime que l’ancien humoriste paie son obstination à décliner les offres du Parti démocrate. Le parti de Grillo aurait donc bel et bien raté le train.

Le faible taux de participation (moins de 60% en moyenne) confirme quant à lui la désaffection du peuple italien à l‘égard de la classe politique.

Beppe Grillo aurait-il du mal à tenir ses troupes ?

Le président du groupe de Beppe Grillo à l’Assemblée a tenté de minimiser l‘échec des municipales. Riccardo Nuti a jugé que ces résultats n‘étaient “pas comparables” à ceux du scrutin national. Il a également tenté de rassurer les militants en déclarant qu’une scission n‘était pas à l’ordre du jour.

Pourtant le groupe parlementaire fait de plus en plus l’objet de dissensions croissantes. Trois mois après avoir bouleversé les schémas institutionnels classiques en Italie, les parlementaires du mouvement antisystème ressemblent à une armée en débâcle où tout est motif de division.

Les relations du parti avec les médias font régulièrement l’objet de disputes internes. Plusieurs élus sont récemment montés au créneau lorsque leur chef de file leur a ordonné de restituer une part de leurs généreuses indemnités parlementaires.

Tommaso Curro, député du Mouvement 5 Étoiles, estime que l’espoir suscité au près de “tas de gens” suite à leur entrée au Parlement ne s’est “pas réalisé”.

Dans une allusion à ces divergences d’opinion au sein du mouvement, le représentant du M5S à l’Assemblée a commenté : “Si certains décident d’abandonner le navire quand il y a quelques difficultés, on ne peut pas les enchaîner.”

En réaction, l’ex-humoriste a fustigé les électeurs du Parti démocrate et du Peuple de la Liberté en dénonçant “deux partis qui ont détruit le pays et le condamnent à une impasse”. Mais chez les militants du parti anti-austérité, les critiquent pleuvent. Un commentaire posté sur le blog du “colérique gourou” notait : “Un peu de saine autocritique ferait du bien au Mouvement.”

La situation pourrait, à court terme, renforcer la relative stabilité du gouvernement formé par Enrico Letta. Au premier tour, le Parti démocrate a en effet remporté cinq des seize plus grandes villes en jeu et pointe en tête dans les autres. Les pronostics sur une percée de la droite berlusconienne ne se sont cependant pas confirmés.