DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Nil source d'inquiétude au Soudan et en Egypte

Vous lisez:

Le Nil source d'inquiétude au Soudan et en Egypte

Taille du texte Aa Aa

Ces deux pays, baignés par le fleuve, craignent de recevoir moins d’eau.
A cause de qui? De l’Ethiopie, qui veut dévier le Nil bleu pour construire un barrage hydro-électrique. Le Nil Bleu rejoint le Nil Blanc à Khartoum pour former le Nil, qui traverse ensuite le Soudan puis l’Egypte.

L’Ethiopie est encouragée par les réactions de plusieurs officiels , notamment soudanais, qui affirment qu’il n’y aura pas d’impact.

Des réunions au sommet ont lieu entre les trois pays : les Egyptiens sont très attachés aux droits historiques qu’ils ont sur le Nil :
“Si le barrage modifie la quantité d’eau que nous recevons du Nil, soit 55 milliards de mètres cube, s’emporte cet habitant, alors la ligne rouge sera franchie, et notre pays pourra se battre pour l’eau, nous y sommes prêts.”

Une commission d’experts des trois pays doit rendre ses conclusions dans les prochains jours. Si le fleuve n’est pas affecté en amont, cela rassurera peut-être ces paysans égyptiens, très inquiets :

“S’ils dévient le cours du Nil, demande un agriculteur, comment va-t-on arroser nos cultures ? Comment ça va pousser ? Même sans ça, nous n’avons déjà pas beaucoup d’eau. “

“Le conflit agité entre certains des dix pays arrosés par les eaux du Nil s’enflamme à nouveau, remarque Mohammed Shaikhibrahim, notre correspondant au Caire, chaque État voulant protéger ses intérêts, notamment l’Egypte qui considère le Nil comme son artère vitale, c’est en même temps une source de force et de faiblesse.”