DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : les manifestants continuent de défier le pouvoir


Turquie

Turquie : les manifestants continuent de défier le pouvoir

En Turquie, des centaines de personnes ont défilé ce samedi matin à Istanbul. Objectif de cette marche organisée sur un des ponts sur le Bosphore : soutenir les manifestants qui, depuis deux jours, défient le pouvoir. Un important dispositif policier est déployé. Des accrochages se sont produits.

Point de départ de ce mouvement de colère : un projet d’aménagement urbain dans le parc Gezi, situé près de la place Taksim dans le centre d’Istanbul. Des militants écologistes se sont rassemblés jeudi pour empêcher que des arbres soient arrachés. La police est intervenue jeudi soir et vendredi à coups de canons à eau et de gaz lacrymogènes.

“Nous sommes confrontés à une police qui fait régner la terreur, affirme Ceren Ozgur. Il y a des gaz lacrymogènes de partout”.

“Ce qu’on veut, c’est qu’on nous rende le parc Taksim, ajoute Irmak Can Tetikcan. Il faut arrêter avec cette pression que les autorités exercent sur nous”.

Depuis hier, la contestation s’est amplifiée, prenant un tour beaucoup plus politique. Les manifestants accusent le gouvernement, issu de la mouvance islamiste, de dérive autoritaire. Certains se prennent à imaginer un “printemps turc” dans la foulée des “printemps arabes”.

La contestation s’est aussi étendue, avec des manifestations la nuit dernière à Ankara ou encore Izmir.

Pour l’heure, les autorités disent avoir arrêtées une soixantaine de personnes. L’ONG Amnesty international dénonce la brutalité de la répression policière.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Nouvelle alerte aux tornades dans la ville de Moore en Oklahoma