DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Biennale de Venise : les olympiades de l'art contemporain

Vous lisez:

Biennale de Venise : les olympiades de l'art contemporain

Taille du texte Aa Aa

La Biennale de Venise c’est un peu les Jeux Olympiques des Arts Contemporains. Pour cette 55è edition, 88 pays étaient en compétition et présentaient leurs installations artistiques dans les Giardinis, à l’Arsenal et à travers la ville.

Représentant Israël, Gilad Ratman a inondé l’espace de vidéos et de sons, dont un étonnant et un peu assourdissant cri primal qui transperce la pénombre des lieux.

Gilad Ratman explique : “Je ne fais pas de l’art politique car je ne prends pas position sur un sujet spécifique. Je pars sur l’idée de résistance, sur l’idée de mouvement et de là où je viens c’est très approprié. Après tout ces tunnels on les retrouve partout à travers l’Histoire.”

Sarah Sze exposait son oeuvre “Triple point” au pavillon des Etats Unis.
L’artiste a pioché dans le paysage naturel et urbain de Venise et assemblé ces choses de manière à representer la beauté de l‘équilibre dans la nature, un équilibre d’une extrême fragilité.

Dans le pavillon britannique, le lauréat du prix Turner Jeremy Deller jette un regard caustique sur ses contemporains, victimes consentantes du capitalisme et de l’oppulence.

Une pluie de pièces d’or accueille les visiteurs femmes de l’installation Russe qui pour se protéger devront utiliser un parapluie. Vadim Zakharov s’est inspiré du mythe grec de Danaé, mère de Persée que Zeus avait séduite sous la forme d’une pluie d’or. Les hommes sont interdits dans le premier hall.

Le dissident chinois Ai Weiwei a été choisi par Berlin pour représenter l’Allemagne. L’artiste n’a pas pu se rendre à Venise, mais il est très présent à travers son oeuvre qui représente les 81 jours de détention qu’il a vécu en 2011.

Les visiteurs regardent à travers de petites ouvertures les scènes choisies par Ai Weiwei. L’oeuvre appellée SACRED a été construite en Chine et transportée en Italie en secret. La mère d’Ai Weiwei, Gao Ying qui est âgée de 80 ans s’est rendue à la Biennale pour découvrir pour la première fois l’oeuvre de son fils.

La 55è Biennale de Venise se termine le 24 novembre prochain.