DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La colère de la rue turque contre le pouvoir d'Erdogan s'exacerbe


Turquie

La colère de la rue turque contre le pouvoir d'Erdogan s'exacerbe

Au troisième jour hier de leur mouvement, les manifestants ont de nouveau défié le pouvoir islamo-conservateur et les forces de l’ordre.

A Istanbul, épicentre de la révolte populaire des milliers de personnes ont afflué vers les bureaux du Premier ministre dans le quartier de Besiktas.

Au pouvoir depuis 2002, Recep Tayyip Erdogan avait dû lâcher du lest samedi en ordonnant à la police de quitter la place Taksim et le petit parc Gezi dont la destruction a servi de détonateur au mouvement.

A Izmir, c’est le siège local de l’AKP, le parti au pouvoir, qui a été pris pour cible par les protestataires. Après la société civile, les militants de gauche et d’extrême gauche sont à leur tour entrés dans l’arène en réclamant la démission du gouvernement.

Ce dernier est accusé de dérives autoritaires et de vouloir islamiser la société laïque avec de nouvelles lois contre l’alcool.

A Ankara, les affrontements ont été très violents entre opposants et forces de l’ordre qui ont utilisé abondement les gaz lacrymogènes et les canons à eau. Les organisations de défense des droits de l’homme turques et étrangères dénoncent la violence de la répression. Plus de 200 personnes ont été interpellées portant à plus de 1700 leur nombre depuis le début du mouvement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'Europe centrale proie des eaux