DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le bras de fer se poursuit en Turquie


Turquie

Le bras de fer se poursuit en Turquie

Ces images d’un calme relatif aux premières heures de ce mardi semblent presque iréelles car les violences n’ont pas vraiment cessé hier et la nuit dernière.

On a appris la mort d’une deuxième personne en liaison avec les troubles dans le sud du pays après une première dimanche soir à Istanbul. Le bilan des médecins turcs fait état également de 3195 blessés dont 26 dans un état grave.

De nouveaux heurts ont eu lieu à Istanbul près du parc Gezi, détonneur du mouvement il y a cinq jours où les opposants à Erdogan ont érigé des barricades. Les forces de l’ordre ont riposté par des gaz lacrymogènes.

“Mes lunettes ne sont pas très utiles car le gaz est si efficace. Une fois le gaz jeté vous ne pouvez pas rester plus de quelques minutes. Vous ne pouvez pas respirer”, explique cette militante.

“N’importe où dans le monde, on ne pourrait accepter cela, Je n’ai jamais vu un tel gouvernement, une police qui déteste autant ses propres concitoyens. Nous n’allons pas abandonner. Nous étions là jusqu‘à maintenant et nous allons continuer”, lance cette autre militante.

A Ankara, les unités anti-émeutes ont tiré des balles en caoutchouc en direction des protestataires. Ces derniers les ont attaqué à coups de pierre.

Signe de l’aggravation du mécontentement, l’un des plus importants syndicats turcs a appelé à une grève de deux jours dès ce mardi pour dénoncer la répression et en solidarité avec les contestataires.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'Europe centrale se prépare au pire sur le front des inondations