DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Prix de l'inventeur européen 2013

Vous lisez:

Prix de l'inventeur européen 2013

Taille du texte Aa Aa

Venus du monde entier, les inventeurs de diverses innovations technologiques ont été récompensés par le prix de l’inventeur européen 2013. Cet événement annuel est organisé depuis 2006 par l’Office européen des Brevets (OEB) en partenariat avec la Commission européenne. Le jury, composé d’experts dans des domaines variés, comme la politique, l‘économie, les médias ou la recherche a désigné les vainqueurs parmi quinze finalistes, répartis dans six catégories différentes.

Plus de 500 invités ont assisté à la cérémonie de remise des prix au Beurs van Berlage à Amsterdam. Benoît Battistelli est le Président de l’Office Européen des Brevets.

euronews:
“Le prix de l’inventeur européen prend chaque année de plus en plus d’importance, qu’en pensez-vous?”

“Oui, je crois effectivement que ce prix, qui illustre les apports des inventeurs à la société en général et à l‘économie en particulier, prend de l’importance chaque année. Notre ambition c’est que peut être, d’ici quelque temps, il devienne aussi célèbre que le prix Nobel, que ce soit soit un “Prix Nobel de l’Innovation”, explique Benoît Battistelli, le Président de l’Office Européen des Brevets.

Son Altesse Royale la Princesse Beatrix des Pays-Bas était présente pour la cérémonie de remise des prix. Le Secrétaire d’Etat néerlandais de l’Education de la Culture et des Sciences et le Commissaire européen au Marché intérieur et aux services, Michel Barnier, notamment, se trouvaient à ses côtés,

Patrick Couvreur, professeur à l’université de Paris-Sud a été récompensé dans la catégorie recherche pour ses travaux sur des nanocapsules. Soixante-dix plus petites que les globules rouges, elles permettent, une fois dans le système du malade, de délivrer les médicaments de façon précise.

Dégradables, ces nanocapsules disparaissent dans le sang une fois leur cible atteinte et permettent d‘éviter de nombreux effets secondaires liés à la chimiothérapie. Cette technologie, encore au stade des tests, permet de réduire de 70% les métastases d’un cancer du foie, sans nuire à l’organisme.

“Quand on administre des médicaments anticancéreux, ceux-ci vont se distribuer pratiquement dans tout l’organisme, dans différents tissus, dans différents organes, mais pas uniquement au niveau des cellules cancéreuses, ou des tissus cancéreux. Alors, tout l’objectif des nanoparticules est d’encapsuler la molécule anticancéreuse et de l’amener de manière extrêmement sélective au niveau de la cellule ou de tissus cancéreux”, explique Patrick Couvreur.

Le Suédois Pàl Nyrén a reçu le prix des petites et moyennes entreprises pour son “pyroséquençage”. Ce procédé surpasse les procédures de séquençage d’ADN existantes en termes de rapidité, d’efficacité et de coût.

La combinaison entre coûts moindres et vitesse plus élevée a révolutionné l’étude des éléments constitutifs de la vie et créé de nouveaux domaines d’études dans lesquels les chercheurs trouvent de nouvelles pistes vers des traitements pour les maladies mortelles telles que le cancer généralisé.

“L’ADN est la molécule de la vie et si on peut comprendre le code de l’ADN, on peut comprendre de nombreuses maladies, comme le cancer. Et nous pouvons probablement aider à guérir ces maladies. Mais nous pouvons aussi atteindre d’autres choses comme la production d‘énergie ou la production alimentaire. Nous pouvons comprendre le lien entre l’homme et l’environnement. Je pense que l’on peut répondre à de nombreuses questions en lisant l’ADN et ses détails”, explique Pàl Nyrén.

Le Suisse Martin Schadt a remporté un prix pour l’ensemble de sa carrière. Il est l’inventeur de la technologie LCD qui a ouvert la voie aux écrans plats, aux tablettes tactiles et aux smartphones qui sont désormais utilisées par des millions de personnes. Le prochain rendez-vous pour le prix de l’inventeur européen est fixé en 2014 à Berlin.