DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : le groupuscule d'extrême droite JNR va être dissous


France

France : le groupuscule d'extrême droite JNR va être dissous

C’est un tournant dans l’enquête sur la mort du jeune militant d’extrême gauche Clément Méric en France. Une information judiciaire pour “homicide volontaire” est ouverte à l’encontre du principal suspect, membre des Jeunesses nationalistes révolutionnaires. Et ce groupuscule d’extrême droite est sous le coup d’une procédure de dissolution. “Il n’y a pas de place dans la République pour ceux qui bafouent ses valeurs, a déclaré ce samedi le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls. Nous sommes très déterminés, et nous serons même impitoyables à leur égard. C’est ce que nous devons à la mémoire de ce jeune garçon qui a été tué car la haine l’a emporté”.

L’autopsie de Clément Méric, décédé jeudi dernier à Paris après avoir été violemment frappé par des activistes d’extrême droite, a montré une intention de tuer. “Le décès de Clément Méric n’est pas dû à un hématome qui aurait été causé par la chute par terre mais aux traumatismes crâno-faciaux occasionnés par les coups de poing portés à la victime, a indiqué le procureur de Paris, François Molins. C’est une rencontre fortuite entre les militants d’extrême droite et des militants d’extrême gauche qui s’est terminée dans la rue”. Cinq suspects ont été présentés à un juge d’instruction ce samedi. Quatre d’entre eux ont été placés en détention provisoire. Pendant ce temps, des milliers de personnes ont de nouveau défilé dans Paris pour rendre hommage à Clément Méric.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Barack Obama et Xi Jinping jouent l'apaisement sur la cybercriminalité