DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : le parti du Premier ministre isolé face aux pro-ERT


Grèce

Grèce : le parti du Premier ministre isolé face aux pro-ERT

15 000, c’est le nombre de manifestants décomptés à la mi-journée dans toute la Grèce.
Pour soutenir leur télévision, fermée brutalement mardi, les Grecs avaient été appellés à une grève générale : les transports en commun à Athènes, les chemins de fer et les administrations à travers le pays ont suivi le mouvement.
Devant le bâtiment de l’ERT, des milliers d’Athéniens ont répondu à l’appel des syndicats.

La décision de débrancher la radiotélévision publique vient non seulement tester la détermination des employés à sauver leurs antennes, mais elle teste aussi la solidité de la coalition gouvernementale, sérieusement ébranlée par la fermeture de l’ERT.

La fermeture a été décidée en effet seulement par le parti du 1er ministre. Ses partenaires de coalition critiquent cette décision, idem pour Alexis Tsipras, le leader de Syriza, principal parti d’opposition :
“Le signal de la télé publique s‘éteint seulement quand un pays souverain est conquis par des puissances étrangères, ou bien quand la démocratie bascule vers la dictature.”

Les journalistes continuent de proposer des programmes, visibles sur internet. Nassos Athanasiou a été présentateur pendant 30 ans : “Le gouvernement a décidé d’enterrer la télévision publique. Je ne peux pas l’accepter.”

Les hackers de Anonymous ont menacé d’attaquer les sites web du gouvernement. Ils ont piraté celui de la cour d’appel.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Pourparlers annulés entre les deux Corées : le Nord rejette la faute sur le Sud