DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mon papa ne travaille plus à la télé

Vous lisez:

Mon papa ne travaille plus à la télé

Mon papa ne travaille plus à la télé
Taille du texte Aa Aa

La fermeture de l’ERT, ça veut dire près de 2700 personnes sans emplois. Et des drames familiaux à venir. Polydefkes, journaliste dans la chaîne depuis 2001, a peur pour son avenir. A 11 ans, son fils Nikiforos a tenu à venir manifester : “J’ai écrit une lettre que j’ai envoyé au Premier ministre pour lui demander de rouvrir l’ERT et redonner leur emploi aux gens qui y travaillent. Je sais que nous devons beaucoup d’argent que nous devons rembourser, mais la solution n’est pas de fermer la télé.”

“J’ai 52 ans, explique Polydefkes Papadopoulos, j’ai encore du temps devant moi avant la retraite, et d’ici là je n’ai aucune chance de trouver un emploi, ils ne nous donne pas d’opportunités. Le chômage chez les journalistes a grimpé de 200% les deux dernières années.”

“Je me sens terriblement vulnérable, comme mon mari et mon fils, rajoute Theano. Nikiforos n’arrête pas de répéter : “Papa, tu n’as plus de travail ?”

La crise impacte partout les médias. A France Télévisions : 650 emplois supprimés. En Espagne : 25% des journalistes de la télé publique au chômage. En Italie, 150 journalistes ont dû quitter la RAI.