DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ali Akbar Velayati, homme du compromis

Vous lisez:

Ali Akbar Velayati, homme du compromis

Taille du texte Aa Aa

Il est sans doute le plus sérieux concurrent du favori Said Jalili. Ali Akbar Velayati, 64 ans, pédiatre de formation est aussi le plus critique à l‘égard de son adversaire notamment sur les questions internationales et du nucléaire. Lui, veut incarner l’homme du compromis avec les puissances occidentales. Une position qu’il a largement soutenue ces derniers jours, à la surprise générale.

Pressenti par l’alliance conservatrice pour se présenter aux présidentielles de 2005, il ne s‘était pas lancé.
2013 est donc sa première campagne, qui jouit du soutien d’une importante association du clergé.

Velayati entre en politique au début des années 80, après la révolution il est élu membre du parlement. Ecarté du poste de premier ministre il sera sous la présidence Khamenei, ministre des Affaires étrangères. Un poste qu’il conservera après l‘élection de Rafsandjani, jusqu’en 1997.

On le dit très proche de Khamenei dont il devient conseiller pour les affaires internationales. Un poste qui le place au premier rang de la vie politique ces dernières années, souvent aux côtés d’Ahmadinejad.

S’il prône aujourd’hui un changement de diplomatie pour alléger les sanctions qui pèsent sur le pays, ça n’a pas toujours été le cas.

Velayati est connu pour ses positions ultra-conservatrices. Par le passé, il a souvent critiqué avec virulence les Etats-Unis et Israel, allant jusqu‘à comparer Georges Bush à Hitler en 2002.

Aujourd’hui, certains évoquent une possible coalition entre lui et l’actuel maire de Téhéran, Mohammed Qalibaf, les deux hommes ayant des opinions très proches sur les dossiers internationaux et la politique menée jusqu’ici.