DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

G8 : La lutte contre les paradis fiscaux sur la table

Vous lisez:

G8 : La lutte contre les paradis fiscaux sur la table

Taille du texte Aa Aa

Ils défilent tambour battant dans les rues de Londres contre le G8. C‘était mardi dernier, avant le sommet lundi en Irlande du Nord des huit pays les plus industrialisés. Un groupe de décideurs trop opaques selon cette manifestante : “Ils peuvent faire autant de réunions qu’ils le souhaitent, ça m’est égal, ça doit être transparent, absolument. On doit savoir, parce que les décisions qu’ils prennent influences nos vies “

L’hôte du sommet, le premier ministre David Cameron a mis à l’ordre du jour le sujet de l‘évasion fiscale. Une série de scandales et de révélations ces derniers mois ont mis la pression sur les dirigeants politiques.

Car selon Tax Justice Network, l‘évasion fiscale globale coûte 2 mille trois cents milliards d’euros par an aux Etats. Et 24 mille milliards d’euros seraient cachés dans les paradis fiscaux.

Quant à l’Union Européenne, ce sont mille milliards d’euros qui partent tous les ans en concept d’évasion fiscale. Une situation intolérable pour les citoyens contribuables qui subissent les politiques d’austérité.

David Cameron s’est engagé à son arrivée au sommet européen de Bruxelles le 22 mai de porter le sujet devant le G8 : “Nous devons faire en sorte si nous fixons ces règles, que les entreprises paient leurs impôts, et cela signifie une collaboration internationale, le partage des informations fiscales. J’en fais la priorité de mon sommet du G8 dans un mois, et nous devons être surs qu’il en va de même pour l’Union européenne “

Les dirigeants politiques sont confrontés aux stratégies dites d’optimisation fiscale des multinationales qui payent de sommes ridicules en impôts dans les pays ou elles retirent d‘énormes bénéfices.

La chancelière allemande, Angela Merkel à la fin du sommet européen disait: “Nous allons travailler à ce que les entreprises payent plus là ou elles sont basées, pour ce faire, il faut aussi lutter contre les paradis fiscaux.”

Des géants mondiaux comme Starbucks, Apple, Google ou Amazon ont été dans le collimateur ces derniers mois pour avoir, sans forcément enfreindre la loi, réduit considérablement les impôts qu’ils payent en Europe et aux Etats-Unis.