Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • L‘épidémie de fièvre Ebola en Afrique de l’Ouest a fait 2.461 morts sur 4.985 personnes contaminées, selon l’Organisation mondiale de la Santé – AFP
Italie : une élue appelle à violer une ministre noire
close share panel

Partager cet article

Twitter Facebook
| Partager cet article
|

C’est une attaque des plus racistes. En Italie, une élue de la Ligue du Nord appelle à “violer” la ministre italo-congolaise de l’Intégration, Cécile Kyenge.

Dolores Valandro, une élue locale du parti anti-immigrés et indépendantiste, a appelé jeudi à violer la ministre italienne de l’Intégration, Cécile Kyenge. La menace n’est pas annodine ; d’origine congolaise, la femme politique s’avère être la seule ministre noire du gouvernement Letta. Ces incitations à la haine ont suscité de nombreuses réactions indignées dans la classe politique et l‘élue a été expulsée de son parti.

“Mais personne ne la viole jamais ?”

La conseillère d’arrondissement de Padoue, dans le nord de l’Italie, s’exprimait sur un article internet intitulé “Tous les crimes des immigrés”. Sur un post qui dénoncait la tentative présumée de viol de deux jeunes femmes par un Africain à Gênes, Dolores Valandro a alors commenté : “Mais personne ne la viole jamais, juste pour lui faire comprendre ce que peut éprouver la victime de ce terrible délit ? Une honte !”.

A 49 ans, la ministre italienne de l’Intégration fait l’objet de nombreuses attaques racistes depuis sa prise de fonctions dans le gouvernement de coalition formé par Enrico Letta en avril dernier.

“Singe congolais”, “négresse”…

Cette fois, les dirigeants de la Ligue du Nord ont haussé le ton et se sont publiquement dissociés “de la manière la plus totale” d’une phrase qu’ils qualifient de “violente, stupide et inopportune”. La Ligue a ensuite décidé de son expulsion du parti le soir même.

La ministre d’origine congolaise a recu le soutien du Premier ministre italien. Enrico Letta a déclaré : “Chacun de nous doit se sentir offensé. Je me sens offensé (…) Cécile Kyenge mérite ma solidarité, celle du gouvernement et celle du pays.”

Face à l’indignation générale de la classe politique, Dolores Valandro a finalement présenté ses excuses, expliquant qu’il s’agissait d’“un moment de colère”.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :
| Partager cet article
|