DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mohamed Qalibaf : les atouts du maire de Téhéran

Vous lisez:

Mohamed Qalibaf : les atouts du maire de Téhéran

Taille du texte Aa Aa

A Téhéran et dans les grandes villes du pays, il fera sans doute un score important. Mohamed Qalibaf, a fait beaucoup pour la capitale. Autoroutes, parcs, transports publics, amélioration des quartiers périphériques. Sa popularité y est très grande.

Une popularité qu’il n’avait pas encore acquise lorsqu’il se présente pour la première fois aux élections présidentielles. C’est en 2005. Ce sont ses débuts en politique. Il vient tout juste de quitter l’habit militaire qu’il avait endossé à 18 ans pour la guerre contre l’Irak.

C’est le maire de Téhéran de l‘époque, un certain Ahmadinejad qui sera élu. Qalibaf, qui disait n‘être membre d’aucun parti ni fraction n’arrive qu’en 4ème position. Aujourd’hui il espère bien qu‘être le maire de la capitale lui servira aussi de tremplin.

A cette époque là, Qalibaf n’a pas bonne réputation. Promu très jeune général, c’est lui qui dirige la répression contre les étudiants lors des révoltes de 1999. En 2000, le Guide suprême le nomme à la tête de la police. Il y reste jusqu’en 2004, mêlant réformes de l’institution et multiples arrestations d’intellectuels.

La victoire d’Ahmadinejad en 2005 lui ouvre tout de même la porte de la mairie de Téhéran. Très critique à l‘égard du président, leur rivalité s’affiche régulièrement dans la presse. Récemment, Qalibaf s’est rapproché des conservateurs modérés et tente d’amadouer les réformateurs.

Sa campagne, il l’a menée essentiellement sur le terrain économique. Rappelant sans cesse ses origines modestes, il promet aux plus démunis de créer des emplois et de maîtriser l’inflation. Mettant en avant sa gestion de la capitale, il courtise à la fois la classe moyenne urbaine et les ruraux.

Très peu d’allusion en revanche au programme nucléaire mais un autre cheval de bataille : la diplomatie et un critique permanente de l’actuel régime. “Notre diplomatie au cours des dernières années n’a pas été en mesure d’atteindre nos objectifs de politique étrangère” a-t-il martelé.

Mohamed Qalibaf a 52 ans.