DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Premier ministre turc mobilise massivement ses partisans à Istanbul

Vous lisez:

Le Premier ministre turc mobilise massivement ses partisans à Istanbul

Taille du texte Aa Aa

En Turquie, le Premier ministre voulait faire une démonstration de force. Objectif atteint, avec ce grand rassemblement organisé ce dimanche à Istanbul, à quelques kilomètres à peine du parc Gezi, bastion de la contestation.

Comme pour répondre aux opposants qui réclament la démission de Recep Tayyip Erdogan, des centaines de milliers de partisans du régime sont venus apporter leur soutien au Premier ministre. Lequel a justifié le recours à la force. “C‘était de mon devoir de Premier ministre”, a-t-il affirmé.

“S’il vous plaît, a-t-il lancé à la population, ne tombez pas dans le piège qui vous est tendu. Ne vous laissez pas manipuler par ceux qui veulent semer le chaos. Je l’ai dit : je suis là pour servir toute la population. Le parc Gezi et la place Taksim ont été nettoyés. Nous avons replanté des fleurs. La décoration a été confiée à des paysagistes, des gens qui, eux, ont une vraie préoccupation écologique”.

Depuis le début de la contestation, les autorités considèrent que les groupes de manifestants sont noyautés par des organisations illégales. Un avis largement répandu auprès des sympathisants du régime. “La contestation, dit ainsi cette femme, ça n’a rien à voir avec le sort du parc Gezi. Tout le monde le sait. Ce n’est pas lié à quelques arbres. Le gouvernement a planté des milliers d’arbres, mais ça, personne n’en a parlé. Donc on voit bien que ça n’a rien à voir avec le parc”.

“On est avec (Tayyip Erdogan) depuis dix ans, vingt ans, depuis l‘époque où il était maire d’Istanbul, quand il a dû faire de la prison, ajoute un autre militant du parti AKP au pouvoir. Et on sera toujours là pour lui. Il est notre maître. On est fier de lui”.

Dans la foule, un autre partisan du Premier ministre lance ce commentaire : “Vous voyez : nous sommes près d’un million et il n’y a pas un seul incident, alors que les contestataires, ils ne sont que 5000 et c’est la violence”.