DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La révolte sociale se poursuit au Brésil

Vous lisez:

La révolte sociale se poursuit au Brésil

Taille du texte Aa Aa

Des milliers de personnes se sont rassemblées hier devant l’emblématique cathédrale de Sao Paulo.

Et 50 000 personnes ont manifesté dans les rues de la ville. Ils étaient également des dizaines de milliers à Rio et dans d’autres cités du pays.

La présidente brésilienne Dilma Rousseff s’est employée à désamorcer cette crise en reconnaissant la “nécessité d’améliorer les services publics et d’avoir une meilleure gouvernance à tous les niveaux. [Selon elle], la rue doit être entendue. Des citoyens réclament plus et ont droit à plus”.

A l’origine lundi, un mouvement de protestation contre une hausse du prix des tickets de bus et de métro et le choc d’une partie du peuple brésilien face à la facture du Mondial de football prévu dans un an.

Pour ce fonctionnaire, “ce mouvement doit améliorer le pays dans une période cruciale et dans la liberté. C’est avec elle que l’on peut tout atteindre dans la vie”, selon lui.

Les manifestations d’hier ont été majoritairement pacifiques et elles ont été soutenues par plusieurs joueurs de la Seleçao brésilienne. Mais il y a eu des incidents. Un groupe d‘émeutiers a brisé des vitres de la mairie de Sao Paulo avant de mettre le feu à un poste de sécurité de la police.

Plusieurs marches sont prévues demain, y compris à Rio où se déroule un match comptant pour la Coupe des Confédérations.