DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Rotterdam, ville de festivals


metropolitans

Rotterdam, ville de festivals

En partenariat avec

Rotterdam, coeur industriel des Pays-Bas, à l’embouchure du Rhin et de la Meuse, le premier port européen est aussi une des métropoles les plus dynamiques d’Europe. Capitale néerlandaise de l’urbanisme et de l’architecture, son panorama est en constante évolution, savante alchimie entre tradition et avant-garde. Les habitations jouxtent les lieux de vie, commerces, restaurants, bureaux et sites culturels.

Nous rencontrons Jaeren Everaest, spécialiste d’art et d’urbanisme : “Rotterdam est une ville très neuve. Elle a été bombardée durant la seconde guerre mondiale, et totalement reconstruite. Il y a beaucoup de diversité, selon moi, c’est ce qui fait son unité”.

Jaeren a crée sa propre entreprise, “Mothership”. Sa spécialité : habiller les espaces urbains en mêlant architecture, design graphique et autres techniques.

“Nous avons réalisé ce projet spécifique pour le couronnement de notre nouveau roi. La nuit, il y a une animation, ça bouge et ça frétille, nous sommes très fiers de ce projet”.

Rotterdam revendique une politique ambitieuse en matière culturelle. Et c’est surtout à travers ses nombreux festivals que la ville entend se faire connaître et attirer les visiteurs.

Antoinette Laan, responsable de la culture à la mairie de Rotterdam : “Rotterdam est une ville où l’art et la culture ont une place importante. Cela s’exprime avec les festivals, ils sont faciles d’accès, les jeunes viennent, ça ne leur coûte rien, ce sont des espaces ouverts”.

Cette année, plusieurs festivals sont regroupés en un seul, appelé “Rotterdam Unlimited”, de nombreuses parades s‘étalent sur plusieurs jours.

Antoinette Laan : “Comme vous pouvez le voir, le Carnaval d‘été qui s’appelle maintenant le “Rotterdam Unlimited” est un événement très international, les gens viennent du monde entier pour y assister, et c’est la même chose pour notre festival Port of Rotterdam North Sea Jazz et le Festival du film. Ils sont très appréciés à l‘étranger”.

Côté cinéma, le Festival International du film de Rotterdam se tient lui fin janvier et rivalise avec Venise, Berlin ou le festival de Cannes. Son marché du film est particulièrement réputé, Martcha van Nes en est responsable.

“Chaque année, nous recevons ici 2 000 professionnels du cinéma international, c’est vraiment énorme, il y a aussi 280 000 visiteurs par an. Nous sommes peut-être un peu moins connus, parce qu’il n’y a pas de tapis rouge. Et puis certains films ne sont pas si faciles d’accès, ici c’est vraiment l’aventure, et c’est ce qui rend le festival si spécial”.

Au mois de juillet, le North Sea Jazz Festival est un autre moment fort. 15 scènes, 1 200 artistes et quelques 25 000 visiteurs par jour. Une renommée internationale avec des styles de musique très variés. Il est considéré comme l’un des plus importants festivals de jazz au monde.

Retour au “Rotterdam Unlimited”, hétéroclite et coloré. Au programme : parade et théâtre de rue, fanfares, concours de poésie, sans oublier l‘élection de la reine du carnaval. Cette année, Kim Geursten : “Quand j‘étais petite,j’ai toujours rêvé d‘être la Reine du carnaval d‘été, et maintenant c’est devenu une réalité. Cette parade est fantastique, elle rassemble beaucoup de cultures différentes, c’est l’une des rares du genre en Europe”.

Quelques 170 nationalités sont représentées à Rotterdam, ville jeune au dynamisme cosmopolite.

Guus Dutrieux est le directeur de “Rotterdam Unlimited” : “Rotterdam est une ville avec plus de 280 cultures, cela rend notre ville très belle et très forte, et le festival est une des opportunités de célébrer cette diversité de cultures, cela nous rend heureux et fiers. Rotterdam est une ville de festivals, et cela ouvre plein de possibilités, en créant une nouvelle culture urbaine”.

A quelques pas de l’hôtel de ville, des concerts avec en tête d’affiche Asaf Avidan ou Otlandish, un groupe danois. En clôture du festival, Manu Chao représente bien l’esprit du moment, généreux et ouvert sur le monde.

Le choix de la rédaction

Prochain article

metropolitans

La nouvelle Skopje, toute une histoire !