DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Salon du Bourget : les drones mènent la danse

Vous lisez:

Salon du Bourget : les drones mènent la danse

Taille du texte Aa Aa

Le salon du Bourget réunit tous les secteurs de l’aviation : militaire, civil et spatial. La place croissante accordée aux appareils sans pilote se confirme cette année.

Du drone de combat au drone espion, toute la gamme était représentée à la grand messe française de l’aérien. L’occasion pour l’Italien Piaggio de dévoiler son P.1HH Headhammer, conçu sur le modèle de son avion d’affaires Avanti II.

“C’est un système qui permet de suivre, de contrôler, d‘écouter, de voir. C’est surtout un patrouilleur maritime. Les pays de l’OTAN sont nos marchés-cibles,” explique Alberto Galassi, PDG de Piaggio Aero

Le marché des drones reste cependant dominé par les Etats-unis et Israël, à tel point que même le gouvernement français a récemment décidé d’acheter américain en la matière. De nombreuses entreprises européennes se sont alliées pour tenter de se faire une place.

Patrick Durieux, vice-pésident des ventes d’UAVs chez Sagem-Safran insiste sur le fait que son drone est “ made in Europe “ : “ il est 100% européen, avec un conception système qui est réalisé par Sagem, du groupe Safran. La cellule est fabriquée en Allemagne, par la société Stemme et l’avion est équipé de capteurs qui viennent de France, d’Angleterre et d’Allemagne.”

Un stand intrigue tout particulièrement les visiteurs cette année au Bourget. C’est celui du français Parrot qui, aux côté des drones professionnels, présente toute une série de jouets ultra-sophistiqués.

“Fondamentalement, la technologie des drones grand public et drones professionnels, c’est avant tout du software, assure Henry Seydoux, PDG de Parrot. Du software de traitement d’image et du software de contrôle automatique. C’est la même base software pour faire un drone professionnel et un drone grand public. L’objectif du drone professionnel, c’est de faire d’excellentes photos aériennes, avec une précision de quelques centimètres, pour pouvoir par exemple faire des cartes extrêmement rapidement, comme par exemple après la catastrophe naturelle en Haïti. On a été capable, avec ce drone, de faire une carte trois heures après la catastrophe naturelle, une carte extrêmement précise.”

Mais ce qui passionne les foules, ce sont les drones grand public. En guise de télécommande, un smartphone suffit. Certains sont équipés de caméras pour faciliter leur pilotage et prendre des photos panoramiques. Mieux : certains sont même programmés pour dancer au son de la musique.