DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Dis maman, tu passes le bac à ma place ?


France

Dis maman, tu passes le bac à ma place ?

Nous avons tous eu devant l’imminence d’un concours, d’une épreuve ou d’un entretien la même idée : pourquoi ne pas envoyer quelqu’un d’autre à notre place ? Un « quelqu’un » qui sera susceptible, bien sûr, de mieux aborder ces terribles moments. Voici un « cas d’école » en France.

Une surveillante chargée du bon déroulement de l’épreuve d’anglais du baccalauréat a fait une découverte surprenante dans un lycée parisien. En effet, alors que l’épreuve allait débuter mercredi dernier, elle s’est aperçue que la mère d’une candidate avait tout bonnement remplacé sa fille.

Cette surveillante, sans doute très physionomiste, a indiqué qu’elle avait déjà vu le visage de cette candidate quelques jours auparavant lors de l’épreuve de philosophie.

Âgée de 52 ans, la mère de la candidate a été interpellée et conduite dans un commissariat du Xème arrondissement de la capitale française pour être entendue.

Que risquent les fraudeurs ?

En cas de fraude, les sanctions encourues peuvent être lourdes. Selon le règlement du ministère de l’Education nationale, les candidats risquent des sanctions disciplinaires, mais aussi pénales selon la gravité des faits.

Dans les cas les plus graves, la fraude peut être qualifiée de délit. En théorie, l’auteur des faits et ses complices – comme dans le cas de cette candidate et de sa mère – risquent une peine de prison de trois ans et/ou 9 000 € d’amende.

Concernant les mesures administratives, les candidats encourent :

  • le blâme
  • l’annulation de l’examen
  • l’interdiction de passer tout examen pour une durée de cinq ans (y compris le permis de conduire)
  • interdiction de s’inscrire dans l’enseignement secondaire pour cinq ans

En 2012, 298 sanctions ont été prises sur les 419 cas de suspicions de fraude recensés. Cette année, une attention toute particulière à été également portée à la fraude de haute-technologie. Des détecteurs de téléphones portables et des brouilleurs d’ondes ont été mis en place dans de nombreux établissements.

Une semaine d’épreuves

Cette année 664 709 candidats sont inscrits pour décrocher le précieux sésame, un diplôme qui sanctionne les études secondaires en France. Le doyen des candidats de cette édition 2013 est âgé de 91 ans, soit 78 ans de plus que le plus jeune, qui a 13 ans.

Les candidats ont entamé les épreuves lundi 17 juin. Ces dernières, écrites et orales, sont organisées toute la semaine en fonction des filières et des options.

Selon le principal syndicat des chefs d’établissement (SNPDEN-Unsa), le coût de l’organisation du bac serait de plus d’1,5 milliard d’euros, une estimation qui fait débat.

Les candidats devront patienter jusqu’au 5 juillet pour connaître les résultats. En 2012, 84,5 % des candidats sont devenus bachelier.

Quelques chiffres :

  • Sur les 664 709 candidats, 51 % sont inscrits en filière générale, 28 % en filière professionnelle et 21 % en technologique.
  • 3 990 sujets corrigés par 170 000 examinateurs
  • 4 millions de copies à corriger
  • 4 737 centres d’examen en France
  • 87 pays étrangers organisateurs
  • le coût par candidat présent est de 83,60€
source : Éducation nationale
Prochain article

monde

Singapour noyée dans un brouillard de fumée