DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Kim Dotcom dénonce « un massacre de données »


Pays-bas

Kim Dotcom dénonce « un massacre de données »

Le trublion numérique Kim Dotcom a vivement critiqué la décision prise par une entreprise des Pays-Bas de supprimer de ses serveurs tous les fichiers liés à Megaupload.

Sur Twitter, Kim Dotcom a dénoncé le plus grand « massacre de donnée de l’histoire d’internet, orchestré par le gouvernement des États-Unis et le Département de la Justice ». Il indique également ne pas avoir été mis au courant de cette décision. Pour Dotcom, des milliers de fichiers légaux ont également disparus dans cette mesure « radicale ».


L’hébergeur LeaseWeb, basé à Haarlem dans la banlieue ouest d’Amsterdam, a effectivement confirmé mercredi dernier que les données ont bien été effacées.

Sur son site web, l’entreprise indique que cette opération a été effectuée en février dernier, soit plus d’un an après la fermeture de MegaUpload par la justice américaine. Selon LeaseWeb, les fichiers étaient hébergés sur 630 serveurs, soit un 1% de son parc. LeaseWeb a également affirmé que ses machines étaient immobilisées par la justice américaine, en ajoutant que 60 autres serveurs avaient été saisis dans le cadre de l’enquête.

Pour les responsables de la société, le maintien des fichiers MegaUpload représentait également un coût financier non négligeable. L’entreprise néerlandaise a également déclaré avoir prévenu Dotcom, ce que le principal intéressé nie farouchement.


Deux autres sociétés, Cogent Communications et Carpathia Hosting hébergent encore des fichiers MegaUpload. Ces entreprises n’ont pour l’instant rien indiqué concernant leurs intentions vis-à-vis de ces fameux fichiers. Kim Dotcom v-a-t-il bientôt dénoncer de nouveaux massacres ?

Le Germano-finlandais est toujours assigné à résidence en Nouvelle-Zélande. Il risque d’être extradé vers les États-Unis pour être jugé dans le cadre de poursuites judiciaires dans l’affaire MegaUpload.

Prochain article

monde

Grèce : la coalition peine à s'entendre sur le sort de l'ERT