DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Belarus Press Photo confronté aux pressions judiciaires


le mag

Le Belarus Press Photo confronté aux pressions judiciaires

En partenariat avec

La remise du prix du Belarus Press Photo 2013 se tenait à la Gallerie de Zniata, à Minsk, mardi 18 juin. Cette année, on y parlait photographie, mais aussi liberté d’expression. Car pour les journalistes, le climat est de plus en plus tendu. Les pressions et les intimidations de la part du gouvernement et des tribunaux sont fréquentes. Pour cette édition, plus de 2.500 photos publiées en 2012 étaient en compétition, et quarante ont été selectionnées pour aller en finale.

“C’est une bonne chose de voir que la compétition est toujours là. J’espère qu’elle continuera à exister malgré le contexte politique délétère. En vérité, tout cela nous motive plus à continuer qu’autre chose” a déclaré l’organisateur, Sergei Mikhalenko. Le Grand Prix a été attribué à la série de portraits “Zhodzina prison n° 8” de Tsuranau Viachaslau, où l’artiste s’est interessé aux personnes condamnées à la prison à vie.

Cette année, le contexte est particulièrement tendu. En avril 2013, un tribunal régional avait estimé que des photos issues du concours 2011 avaient un caractère extémiste. Cette décision passe en appel le 24 juin 2013. “Ce ne sont pas des photos de paysage. C’est du photojournalisme dont le but est de montrer des problèmes de société, des faiblesses, pour que la société évolue sur ces sujets. Vous pouvez ne pas apprécier cela, mais c’est ce qui constitue l’essence même du journalisme” explique le photographe Vadim Zamirovski, l’un des organisateur de la compétition.

L‘éventail des thématiques est vaste : actualité, reportages, portraits, vie quotidienne, arts, nature, sports… Ce concours est un projet annuel et indépendant. Les meilleurs clichés, sélectionnés par un jury de photographes biélorusses et étrangers, sont ensuite publiés et diffusés dans le pays, et au delà des frontières.

Prochain article

le mag

Nathan Sawaya : l'art du Lego