DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Printemps arabe, hiver des femmes


Maroc

Printemps arabe, hiver des femmes

Les droits des femmes ont régressé dans le sillage des révolutions arabes.

C’est le constat dressé par le Forum international des femmes méditerranéennes. Co-organisée par le centre marocain Isis et par la fondation allemande Konrad Adenauer, la sixième édition réunissait une palette d’experts à Fès au Maroc.

“Se pose maintenant la question de ce qui va venir après, surtout concernant les droits et les libertés des femmes. On s’est surtout focalisé sur les sujets politiques et économiques, mais à la fin, il faut aussi s’intéresser à l’avenir des femmes,” rappelle Ellinor Zeino-Mahmalat, de la fondation Konrad Adenauer.

Les femmes font valoir qu’elles ont fait la révolution au même titre que les hommes. Or depuis, les nouvelles constitutions tunisiennes et égyptiennes notamment restent vagues sur leurs droits.

L’Egypte, par exemple, envisage d’abaisser à neuf ans l‘âge légal du mariage pour les petites filles, de lever l’interdiction de l’excision et de légaliser la polygamie.

L’Egypte, où les femmes sont de plus en plus souvent l’objet de violences physiques : viols, arrestations, torture et tests de virginité pour les activistes politiques.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Himalaya pakistanais : des touristes étrangers abattus par les talibans