DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

David Moncoutié : "Il y avait une culture du dopage..."


Sport

David Moncoutié : "Il y avait une culture du dopage..."

“L’affaire Jalabert” éclate juste avant le départ – samedi, en Corse – de la 100e édition du Tour de France. L’ancien coureur français et néo-retraité David Moncoutié, qui a participé 11 fois à l‘épreuve avec 2 victoires d‘étapes à la clé, est bien placé pour parler du dopage car au sein du peloton, le grimpeur de la Cofidis a toujours eu la réputation d‘être un coureur “propre”, y compris à une époque où cela n‘était pas la norme. Il est venu nous en parler dans les locaux d’euronews.

euronews : “Jan Ullrich vient de reconnaître qu’il était un client du Docteur Fuentes et avant lui, Lance Armstrong avait déclaré qu’on ne pouvait pas gagner le Tour de France sans se doper. Est-ce que vous êtes d’accord avec ses propos?”

David Moncoutié : “Oui, on va dire surtout dans les années 2000, surtout dans ces années-là, et même avant, quand il y a eu l’arrivée de l’EPO dans les années 94-95. Je pense que pour tous les vainqueurs de grands Tours à partir de 94-95, et dans les années suivantes, il faudrait regarder le palmarès; je pense que c‘était des années où le dopage était omniprésent dans le peloton. Après on ne peut pas affirmer avec certitude qu’untel ou untel était dopé; peut-être qu’il y a eu une surprise parmi les derniers vainqueurs, mais je pense que la majorité d’entre eux était dopés dans ces années-là.”

euronews: “Comment expliquez-vous que le cyclisme soit toujours ciblé et qu’il y ait moins de cas de dopage découverts dans les autres sports ? Est-ce que les autres sports sont moins contrôlés ?

David Moncoutié : “Je pense que le cyclisme a toujours été le sport le plus ciblé, le plus montré du doigt pour le dopage. C’est sûr qu’il y a une culture du dopage qui y est assez prononcée. Mais une récente étude a montré que ce n‘était que le sixième sport le plus touché, et je pense que le cyclisme est de plus en plus propre malgré tout ce qu’on peut entendre. Depuis plusieurs années, il y a un effort qui est fait pour lutter contre le dopage. On ne peut pas dire “tous dopés dans le vélo” parce que ce n’est pas vrai.

euronews : “Donc l’avenir est plutôt radieux”..

David Moncoutié : “Je ne dirais pas radieux, je ne dirais pas que c’est le grand soleil mais je pense qu’il y a de moins en moins de tricheurs et pour moi c’est clair, on peut faire un Tour de France sans se doper – j’en suis la preuve et il y a plein d’autres coureurs comme moi. Le gagner ? Je voudrais bien le savoir mais je me dis pourquoi pas. A la base, on a quand même quelques prédispositions pour le vélo, et on est bien entraîné. Il y aura toujours un plus fort, donc je me dis qu’un jour oui…”

Rendez-vous vendredi soir sur l’antenne d’euronews pour retrouver la deuxième partie de cette interview avec David Moncoutié. Il y sera question du parcours et des favoris de la prochaine Grande Boucle.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Sport

Nadal éliminé d'entrée à Wimbledon !