DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coup d’arrêt pour le pour le projet de gazoduc

Vous lisez:

Coup d’arrêt pour le pour le projet de gazoduc

Taille du texte Aa Aa

Le projet Nabucco-Ouest a été rejeté par les opérateurs du gisement Shah Deniz II en Azerbaïdjan, a annoncé ce mercredi le géant énergétique autrichien OMV, l’un des investisseurs du projet de gazoduc devant permettre de diversifier les sources de gaz pour l’Europe.

“Le consortium Shah Deniz II a informé OMV (…) de sa décision sur le mode préféré de livraison de gaz vers l’Europe. Le projet Nabucco-Ouest n’a pas été choisi par le consortium”, a indiqué OMV dans un communiqué.

Le consortium, qui regroupe l’azerbaïdjanais Socar, le britannique BP, le norvégien Statoil et le français Total, avait annoncé vouloir rendre publique fin juin sa décision concernant le pipeline de livraison en Europe du gaz de la mer Caspienne. Le consortium a choisi le projet concurrent à Nabucco, TAP (Trans Adriatic Pipeline), auquel participe également Statoil, qui irait de la frontière gréco-turque à l’Italie, en passant par la Grèce et l’Albanie, a indiqué à l’AFP une source grecque proche du dossier.

Une délégation du consortium Shah Deniz II, présente à Athènes, a directement informé le Premier ministre grec Antonis Samaras, selon cette source.

Nabucco, soutenu par la Commission européenne, visait à contourner le réseau contrôlé par le géant russe Gazprom, et devait initialement relier l’Europe centrale aux frontières orientales de la Turquie.

OMV accepte la décision du consortium, mais OMV pense que l’offre faite par NGPI (le consortium portant Nabucco) avait rempli tous les critères de choix et était très compétitif”, a déclaré le groupe autrichien, qui avait investi dans le projet Nabucco avec le Hongrois MOL, le Roumain Transgaz, le Bulgare Bulgargas, le Turc Botas et plus récemment le Français GDF-Suez.

Les échéances du projet avaient été maintes fois repoussées, Nabucco Gas Pipeline International (NGPI) n’arrivant pas à s’assurer des fournisseurs. Devant ces incertitudes, son parcours a été réduit de 3.300 à 1.300 km, s’arrêtant à la frontière bulgaro-turque et devenant Nabucco-Ouest.

Les importations de gaz de l’Europe s‘élèvent à 300 milliards de mètres cubes par an. Nabucco devait fournir dans un premier temps 10 milliards de m3 avec une capacité qui aurait pu grimper à terme à environ 23 milliards de m3, soit 8% des besoins.

OMV a indiqué dans le communiqué que cette décision n’avait “aucune influence” sur sa stratégie de développement et que le groupe comptait toujours jouer un rôle dans la diversification des sources de gaz pour l’Europe.

AFP