DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Médecine régénérative à base de foie de porc et d'imprimantes 3D


science

Médecine régénérative à base de foie de porc et d'imprimantes 3D

En partenariat avec

Depuis plus d’un siècle que l’on pratique des transplantations (la première date de 1905 et il s’agissait de la transplantation d’une cornée)
ces opérations qui ont sauvé des dizaines de milliers de personnes sont une des grandes réussites de la médecine. Une réussite corrélée à la disponibilité des organes, et souvent ces organes sont rares. Pour lutter contre cette pénurie tout a été envisagé y compris la création d’organes en laboratoire.

Abritee Dhal fait partie de l‘équipe des chercheurs de la Wake Forest University en Caroline du Nord :

“La taille du foie des porcs est très proche de celle des humains, donc si on est capable de décellulariser et de mettre à la place des cellules humaines alors on pourrait résoudre cette pénurie d’organes pour les patients atteints de maladies du foie ou pour des patients qui ont besoin d’un rein”.

Les chercheurs veulent voir s’ils peuvent rendre le foies de cochons viables pour les gens. Ils commencent avec des foies de porcelets qu’ils lavent, c’est une étape de décellularisation. Les cellules du porc sont éliminées tout en préservant une sous-couche qui sera ensemencées par des cellules humaines de foie.

Le docteur Anthony Atala, dirige le Wake Forest Institute pour la médecine régénérative :

“De nombreux types de cellules différentes créent ces tissus et ces organes mais notre préférence porte sur l’utilisation des propres cellules du patient parce que ces cellules savent déjà ce qu’il faut faire. Une cellule de bronche sait déjà que c’est une bronche. Et elle va créer une cellule de bronche pour ce patient et qui ne sera pas rejetée”.

Car l’objectif est bien de pouvoir régénérer des organes. Autre piste de recherche les fameuses imprimantes 3D. Pas d’encre dans ces imprimantes mais des cellules en lieu et place. Tout ceci représente d‘énormes espoirs mais il faudra encore attendre 10 voire 20 ans avant de voir se généraliser ces techniques.

Le choix de la rédaction

Prochain article

science

La génétique et l'image 3D au secours des autistes