DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La foule s'est à nouveau emparée de l'emblématique place Tahrir au Caire


Egypte

La foule s'est à nouveau emparée de l'emblématique place Tahrir au Caire

Les opposants à Mohamed Morsi maintiennent la pression, pour obtenir le départ du président égyptien.

Celui-ci apparaît de plus en plus isolé : lâché par cinq ministres et son propre porte-parole et sous le coup d’un ultimatum fixé par l’armée, qui arrive à échéance demain soir.

S’ils ne sont pas écoutés, les militaires préviennent : ils feront suspendre la constitution et dissoudre le parlement à majorité islamiste.

Pour cette manifestante, Morsi est désormais dos au mur :
“Les démissions en série au sein du gouvernement ont rendu les gens heureux ici place Tahrir. C’est le dernier avertissement à Morsi, à ses partisans, et aux islamistes.”

Les partisans de Mohamed Morsi craignent aujourd’hui un coup d’Etat, et ne cessent de rappeler que le président issu des Frères musulmans a la légitimité démocratique.
Mais la pression conjuguée de la rue, des miliaires, et de la communauté internationale face au risque d’escalade pourraient changer la donne.

“Même si les islamistes avaient recours à la force, comme l’ont menacé certains de leurs chefs, ils ne reprendraient pas la main” estime cet expert politique. “La seule solution est d’organiser des élections présidentielles anticipées.”

Comme l’explique notre correspondant au Caire Mohammed Shaikhibrahim : “Tous les signaux montrent une accélération des événements, tous montrent que le système en place est en train de s’effondrer sous la pression des manifestations. Mais malgré ce bouleversement le régime tient toujours.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Dans le township d'Alexandra en Afrique du Sud