DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Égypte : l'armée aux commandes

Vous lisez:

Égypte : l'armée aux commandes

Taille du texte Aa Aa

L’armée a repris la main en Egypte. Son chef, le général al-Sissi, a mis sa menace a exécution : il a déposé le président islamiste Mohamed Morsi ce soir et présenté une feuille de route en vue d’une sortie de crise.

Au programme : le gel immédiat de la constitution. Le président Mohamed Morsi va être remplacé à la tête de l’Etat par le président de la Cour constitutionnelle, chargé de la gestion des affaires courantes jusqu‘à la tenue de nouvelles élections, présidentielle et législatives. Quant au gouvernement, il sera composé d’experts sans affiliation politique, tandis qu’une commission sera chargée de réviser la Constitution. Une commission de réconciliation nationale va également être créée. Y siégeront toutes les sensibilités politiques et religieuses de la société égyptienne, ainsi que les mouvements de la jeunesse.

Abdel Fattah al-Sissi a appelé les Égyptiens à manifester de façon pacifique ce soir et a prévenu que l’armée et la police répondraient à toutes les violences.

La place Tahrir en liesse

Sur la place Tahrir, les manifestants anti-Morsi étaient mobilisés depuis une semaine pour réclamer le départ de celui qu’ils accusaient de leur avoir volé leur révolution, celle de 2011. Le représentant de l’opposition, Mohammed ElBaradei a d’ailleurs estimé que la révolution de 2011 était de nouveau en marche ce soir. Il s’est dit satisfait de la feuille de route dans la mesure où elle répond à la revendication d‘élections anticipées. Les leaders religieux copte et sunnites soutiennent également le projet de transition.

Reste que l’Egypte est bel et bien en train de vivre un Coup d’Etat militaire. Et que les partisans du président Morsi, élu il y a tout juste un an, sont décidés à résister à l’armée. Eux aussi se sont rassemblés en nombre au Caire. Leur manifestation serait encerclée par les blindés de l’armée. La situation pourrait très vite dégénérer, les deux camps s‘étant dits prêts à verser leur sang pour leur cause.

16h30 : l’ultimatum expire

Pour rappel : l’armée avait donné 48 heures au Président islamiste pour satisfaire les revendications du peuple, faute de quoi elle imposerait son propre plan de sortie de crise. Cet ultimatum a expiré à 16h30. Dès cet après-midi, des blindés égyptiens ont pris position aux abords des studios de la télévision publique au centre du Caire.

Dans un communiqué rendu public juste avant l’expiration de l’ultimatum, le président Morsi a appelé à la formation d’un gouvernement de consensus pour sortir l’Egypte de la crise. Mais comme dans son discours d’hier soir, il a exclu de démissionner, rappelant sa légitimité issue des urnes. Sa proposition n’a d’ailleurs pas été entendue par les militaires.

Le chef de l’Etat déposé et les responsables islamistes ont reçu interdiction de quitter le pays, dans le cadre d’une enquête sur une affaire d‘évasion de prison en 2011. Les aéroports ont reçu pour consigne de ne pas les laisser partir. Le Président a appelé ses partisans à résister au coup d’Etat militaire de façon pacifique.