DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Musique et beauté en terre toscane


musica

Musique et beauté en terre toscane

En partenariat avec

C’est l’un des cadres les plus enchanteurs de Toscane : la propriété de la Foce, lieu chargé d’une histoire passionnante, accueille un festival de musique. “Incontri in Terra di Siena” célèbre son 25ème anniversaire cet été. Lors du concert d’ouverture, Marco Marzocchi a sublimé quelques-unes des dernières pièces pour piano de Rossini.

L’art et la musique figurent dans l’ADN de la famille Origo, à l’origine de ce festival. Benedetta est la fille de l’auteure anglo-américaine Iris Origo, amie intime de grands artistes dont l’immense violoniste Yehudi Menuhin.

“Ma mère et Yehudi se sont retrouvés côte à côte lors d’un dîner à Rome,” raconte Benedetta Origo, “il avait lu son livre : “Guerre dans le Val d’Orcia” et il voulait savoir auprès de ma mère ce qu‘était devenue notre nounou Schwester Marie ; c’est même par l’intermédiaire de Yehudi et de notre nounou,” poursuit-elle, “que j’ai rencontré mon mari Alberto – il était l‘élève de Menuhin – ils sont venus au domaine tous les deux et c’est comme cela qu’on s’est rencontré et qu’on est tombé amoureux.”

De cette union est né Antonio Lysy. Ce violoncelliste de renom, lauréat d’un Grammy Award, assure la direction artistique du festival.

“A chaque fois que mon fils Antonio venait sur nos terres pour les vacances, il apportait son violoncelle et jouait dans la cour de Castelluccio, le château tout proche,” souligne Benedetta Origo, “souvent il disait : ‘l’acoustique est fantastique, ce lieu est parfait pour des concerts !’ Vers l‘âge de 20 ans, il a invité ses copains d‘école et ses collègues pour les vacances et qu’il y avait-il au programme de ces vacances ? La musique tout le temps,” lance-t-elle avant d’ajouter : “pour un musicien, la plus belle chose que l’on puisse faire dans la vie, c’est jouer de la musique.”

Le festival organisé sur le domaine familial et dans des sites historiques et artistiques des alentours a débuté l’année suivant le décès d’Iris Origo. L’auteure et son époux qui ont acheté La Foce au début des années 1920 ont transformé le paysage et la vie de la population. “Il fallait rendre la terre cultivable, construire des barrages, des bassins et des routes : il y avait tout à faire !” insiste Katia Lysy, petite-fille d’Iris Origo, “c‘était tout le travail de mon grand-père Antonio, ma grand-mère Iris a construit une petite clinique et une école,” poursuit-elle, “et pendant la guerre, elle a aussi ouvert une maison pour les enfants déplacés.”

Iris Origo a écrit plusieurs ouvrages dont ses célèbres journaux de guerre.

Compositeur et chef d’orchestre aujourd’hui réputé, Francesco Cilluffo a écrit un cycle de chansons pour rendre hommage à la femme et à l’artiste. “Iris Origo a réussi à identifier ce qui fait l’italianité,” estime-t-il, “à la fin de son journal de guerre, elle écrit : ‘je ne vois que de la désolation autour de moi, mais je sais que retrousser ses manches, travailler dur pour tout reconstruire à partir de zéro fait partie du caractère des gens d’ici.’ Son livre et ma pièce s’achèvent par ces mots,” précise le compositeur : ‘la mort et le chaos nous ont rendu visite, mais il y a de l’espoir dans l’air’.”

Il y a de l’espoir, de la beauté… et un festival, symbole de cet héritage artistique qu’une famille s‘évertue à partager. “Cette vallée est de nouveau vivante !” assure Katia Lysy tandis que Benedetta Origo confie : “il y avait une atmosphère très créative, culturelle à l‘époque dans ce jardin : j’espère que c’est toujours le cas !”

Dans ce reportage, vous pouvez entendre des extraits des pièces suivantes :

“Un Rien” n°8 en do majeur et “Prélude soi-disant dramatique” en fa dièse majeur de Gioachino Rossini, Marco Marzocchi au piano ;
“Le grand Tango” pour violoncelle, piano et cordes d’Astor Piazzolla et José Bragato, Antonio Lysy au violoncelle.

Le festival de musique “Incontri in Terra di Siena” est programmé du 19 au 28 juillet 2013 dans le sud de la Toscane.

Prochain article

musica

A Istanbul, l'orchestre philharmonique Borusan mixe l'Orient à l'Occident