DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Escale forcée d'Evo Morales: l'Amérique du Sud veut des excuses


monde

Escale forcée d'Evo Morales: l'Amérique du Sud veut des excuses

Unis pour fustiger la France, l’Espagne, le Portugal et l’Italie. Six présidents sud-américains ont réclamé hier soir des excuses publiques aux pays européens qui ont fermé temporairement leur espace aérien mardi, et forcé ainsi l’avion du président bolivien Evo Morales à faire une escale à Vienne, en Autriche. Les dirigeants ont tenu un sommet extraordinaire à Cochabamba en Bolivie dans le cadre de l’Unasur, l’Union des nations sud-américaines qui compte 12 membres. “Les pays développés investissent tant d’argent dans leurs services de renseignement et leurs appareils sécuritaires. Puis, tout à coup, ces mêmes agences de sécurité informent mal leurs gouvernements, a raillé la présidente argentine Cristina Fernandez. Apparemment, elles ont indiqué que dans l’avion du président, il y avait une personne qui exerçait son droit d’asile”, a-t-elle ajouté en faisant allusion à Edward Snowden, l’ancien consultant de la NSA recherché pour espionnage par les Etats-Unis.

Plus à l’est, à Santa Cruz, un consulat américain a été la cible de manifestants hier, jour de la fête nationale aux Etats-Unis. La veille, l’ambassade de France avait été visée par des jets de pierre dans la capitale, La Paz.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Egypte : "ce n'est pas un coup d'Etat militaire"