DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Peut-on se fier aux indices UV des crèmes solaires?


science

Peut-on se fier aux indices UV des crèmes solaires?

En partenariat avec

C’est l‘élément indispensable de nos vacances : la crème solaire, à n’oublier sous aucun prétexte, surtout pour les enfants, dont la peau est particulièrement vulnérable aux rayons du soleil. Il existe aujourd’hui une multitude de produits sur le marché, classés selon leur degré de protection, auquel semblent se fier les consommateurs. “Je fait confiance, oui, je fait confiance”, dit une jeune femme sur une plage. “A partir du moment où c’est un indice 50 UV, ça doit être 50, sinon comment peut-on se repérer”, demande une autre.

L’efficacité de certaines crèmes laisserait pourtant à désirer. Le magasine ‘‘60 millions de consommateurs’‘ a testé dix marques différentes : des crèmes haute protection pour enfants. Résultat, six d’entre elles n’ont pas tenu leurs promesses. Elles contiendraient des anti-inflammatoires qui retardent le coup de soleil. “Du fait qu’il y a un anti-inflammatoire, la peau ne rougit pas, le coup de soleil n’apparait pas, et donc on se croit protégé. En fait on ne l’est pas’‘, indique Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de ‘‘60 millions de consommateurs’‘.

Plutôt que de tester les crèmes sur des volontaires, comme le font les fabricants, ‘‘60 millions de consommateurs’‘ a réalisé son étude en laboratoire, sur des supports artificiels. La méthode consiste à observer la quantité de rayons qui parviennent à transpercer des plaques en polymère, enduits de crème solaire. Contrairement à la peau, ce plastique transparent ne réagit pas aux anti-inflammatoires, et donne donc une idée précise du niveau de protection. Conclusion de l‘étude : les six crèmes, présentant un indice UV surévalué, avaient toutes dans leur composition des anti-inflammatoires et des filtres minéraux.

Mais quelle que soit la crème que l’on choisit cet été, le meilleur conseil reste de ne pas trop exposer sa peau aux rayons du soleil.

Prochain article

science

La Villa de Poppée en danger