DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Année record pour le programme Erasmus


monde

Année record pour le programme Erasmus

On fêtait l’année dernière ses 25 ans d’existence, et les derniers chiffres semblent prolonger la célébration. Le programme d’échange européen bat des records en termes de départs, étudiants ou professionnels.

Le programme ERASMUS («EuRopean Community Action Scheme for the Mobility of University Students», Programme d’action communautaire en matière de mobilité des étudiants) doit son nom au philosophe humaniste Erasme (Desidirius Erasmus), originaire de Rotterdam, et qui a voyagé en son temps dans toute l’Europe à la recherche du savoir. Un parrain on ne peut plus pertinent pour un programme réunissant 3 189 établissements d’enseignements supérieurs de 33 pays (l’Union Européenne, l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse et la Turquie). Ce programme permet donc aux étudiants et aux membres du personnel (enseignants ou non) d’étudier ou de se former à l’étranger.

Si on le croyait en danger le programme a pourtant un succès qui ne faiblit pas d’année en année. La Commission Européenne a en effet annoncé dans un communiqué de presse que le programme pourrait atteindre cette année son objectif de 3 millions d’étudiants partis grâce a l’Erasmus.

Pour la précédente année universitaire (2011-2012), c’est près de 252 827 étudiants qui ont pu étudier à l’étranger, un chiffre record !
Une nette tendance à l’augmentation des départs a été constatée dans la plupart des pays participants, avec une augmentation moyenne de 7,5%. Les plus hautes augmentations ont été enregistrées en Croatie (+62%) au Danemark (+20%) et en Slovénie et en Turquie (+17 % chacun). Une baisse a pourtant été observée dans six pays : la Bulgarie, Chypre, l’Estonie, l’Islande, le Liechtenstein et la Roumanie.

Certains pays sortent du lot, et sont « les champions » de l’ERASMUS. L’Espagne, l’Allemagne et la France sont en effet les pays qui envoient le plus d’étudiants (respectivement 39 545, 33 363 et 33 269), mais aussi ceux qui en reçoivent le plus (39 300 pour l’Espagne, 28 964 pour la France et 27 872 pour l’Allemagne).

Augmentation rapide des stages professionnels à l‘étranger

Ces étudiants suivent des cursus qui vont de la licence au doctorat, et peuvent partir entre 3 et 12 mois. Mais ils n’ont pas seulement la possibilité d’aller étudier à l’étranger : depuis 2007, le programme ERASMUS finance également des stages professionnels à l’étranger. Un étudiant sur cinq parti en 2011-2012 est parti dans le cadre d’un stage, soit une augmentation de 18 %.

Les départs avec ERASMUS ne sont toutefois pas réservés aux seuls étudiants : le personnel enseignant des établissements d’enseignements supérieurs ou des salariés des mondes de l’entreprise, ont la possibilité de se former, ou d’enseigner à l’étranger, pour des périodes allants jusqu’à six semaines. Ce volet du programme a également connu une augmentation de 8.6%

ERASMUS offre aussi des programmes de formation. D’une part, les Cours Intensifs Erasmus de Langues (CIEL) ont connu une hausse : en 2011-2012, c’est 11% de cours de plus qui ont été suivis. Ces cours de langues sont organisés pour les étudiants partant dans un pays dont la langue n’est pas répandue, afin de les préparer avant le départ. 14% de programmes intensifs ERASMUS de plus ont été organisés par rapport à l’année académique précédente.

L’Union Européenne a consacré 3,1 milliards d’euros à ERASMUS pour la période budgétaire 2007-2013. Pour l’année 2011-2012, c’est 494 millions d’euros que l’on dédit au programme, qui sont gérés majoritairement par les agences nationales des différents pays. Les fonds sont répartis différemment entre les pays participants en fonction de plusieurs critères : la population, le coût de la vie, la distance entre la ville de départ et celle d’arrivée, et un indicateur de performance, basé sur le passé du pays avec le programme européen.

Les étudiants participant à l’ERASMUS reçoivent une bourse mensuelle, ce qui constitue la majeure partie du budget du programme. Pour l’année universitaire 2011-2012, la moyenne du montant des bourses, tous pays confondus, s’élève à 252 euros, qui doivent couvrir les frais de la vie courante et du transport, l’étudiant s’acquittant des frais de scolarité de son établissement d’origine.

Après 25 années, le programme ERASMUS peut s’enorgueillir d’avoir aidé 10 % de la population étudiante à étudier à l’étranger. En 2012, les ministres de l’Enseignement Supérieur de 47 pays européens avaient fixé un objectif de 20 % de diplômés de l’enseignement supérieur qui devront avoir passé un séjour d’étude à l’étranger.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Mos Def alimenté de force dans une vidéo pour dénoncer Guantánamo