DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quelle protection pour nos données personnelles ?

Vous lisez:

Quelle protection pour nos données personnelles ?

Taille du texte Aa Aa

Le programme de surveillance américain Prism a ébranlé la confiance dans les gouvernements et au sein de l’opinion. Que penser des efforts pour obtenir un accord entre Washington et Bruxelles sur la protection des données ?

Les législateurs européens estiment que le scandale Prism a remis en cause les efforts en vue de réviser les règles vieilles de 20 ans sur la protection des données et les accords transatlantiques existants. Parmi eux, l’accord SWIFT sur le partage des données bancaires et celui sur les données des dossiers passagers dans le transport aérien.

Pour Jan Philipp Albrecht, eurodéputé vert allemand, membre de la Commission Libertés civiles, justice et affaires intérieures, en charge du dossier sur la mise à jour des règles de protection des données, il est “de la responsabilité des hommes politiques de restaurer la confiance en particulier du côté des citoyens européens” tandis que Ian Walden, professeur de droit de la communication et de l’information à l’Université de Londres, estime que les programmes Prism et Tempura auront un impact positif sur les négociations en vue d’un accord sur la protection des données parce que “beaucoup admettent – y compris les Américains – qu’il faudra faire bouger les lignes pour aboutir à un régime général de protection qui ressemble davantage au régime européen.”

Enfin, John Higgins, directeur général de DIGITALEUROPE qui représente les petites et grandes entreprises d’internet et des communications à travers l’Europe, en appelle à mettre en place des “règles qui encouragent le grand public à avoir confiance dans les données en ligne” et à “encourager les entreprises à investir le marché numérique.”