DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le calvaire de Sergueï Magnitski durant sa détention


Russie

Le calvaire de Sergueï Magnitski durant sa détention

Moscou, le 30 novemvre 2011, les proches de Sergueï Magnitski escortent sa dépouille dans le silence et le recueillement. Avocat fiscaliste de 37 ans, ce père deux enfants est décédé quelques jours plus tôt en prison, après 11 mois de détention préventive.
En 2008, il avait dénoncé une machination financière de 130 millions d’euros, ourdie selon lui par la pègre mais aussi par des responsables russes de la police et du fisc.
L’autopsie du corps, réclamée par la famille a été refusée. Alors, avant l’inhumation, sa tante va demander à des journalistes présents à l’enterrement de photographier ses mains, gonflées, meurtries.

Car Magnitski a tenu un journal durant sa détention dans la prison moscovite de Butyrka. Il y décrit son calvaire. Sa mere Nataliya Magnitskaya cite des extraits de lettres qu’il lui a envoyées :

“J’ai changé de cellule. Les conditions de vie ici sont pires que tout ce que j’ai connu. Pas de réfrigérateur, pas de télévision, pas d’eau chaude. J’ai du attendre trois semaines pour voir le médecin malgré les procédures écrites que je lui ai adressées, et malgré les plaintes.”

Des plaintes qui ne feront qu’exacerber les maltraitances… Cellules immondes, contact de plus en difficile avec la famille, en un an, Sergueï Magnitski perd 20 kilos.
Le médecin diagnostiquera des calculs dans la vésicule biliaire. Il sera transféré dans un autre établissement pénitentiaire médicalisé, mais jamais opéré. Lorsque sa mère obtient enfin un droit de visite, on lui apprend que son fils est décédé. Battu à mort? Les versions divergent.
Une expertise, sans effet juridique, a montré que Magnitski avait subi des violences physiques, ce que réfutent autorités russes.

Le fiscaliste était conseiller chez Hermitage Capital,le plus gros fonds d’investissement étranger, présent en Russie depuis 1996.
Son co-fondateur, le britannique William Browder, interdit de séjour en Russie, a fait campagne pour dénoncer la corruption qui y sévit.

Le congrès américain a réagi en décembre dernier avec le Magnitski Act, une loi qui gèle les avoirs et interdit d’entrée aux Etats-Unis les personnes impliquées dans la mort de Magnitski.

La liste Magnitski répertorie 16 direcetement liées à cette affaire, parmi lesquelles des fonctionnaires ou ex-fonctionnaires du ministère russe de l’Intérieur. Cette liste avait provoqué le courroux du Kremlin, Moscou répliquant dans la foulée et notamment en interdisant aux américains d’adopter des enfants russes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La démission du gouvernement luxembourgeois déclenche de nouvelles élections législatives