DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Retour sur "L'Abricot d'or", le Festival international du film d'Erevan

Vous lisez:

Retour sur "L'Abricot d'or", le Festival international du film d'Erevan

Taille du texte Aa Aa

Le festival du film international ‘‘Abricot d’or’‘ s’est terminé le 13 juillet à Erevan en Arménie. Il a fêté ses 10 ans d’existence.

Un jury composé de réalisateurs de renommée internationale a remis des prix dans plusieurs catégories, longs métrages, documentaires et Panorama arménien entre autres.

Le réalisateur, scénariste et producteur serbe, Srdjan Golubovic a remporté l’Abricot d’or 2013, récompense suprême, pour son film « Les Cercles ».

« Les Cercles », c’est une histoire contemporaine sur un acte héroïque et ses conséquences. Le film raconte l’héroïsme et le destin tragique d’un soldat serbe assassiné en 1993 pendant la guerre de Bosnie alors qu’il défendait un civil musulman.

2008. la guerre est finie mais les plaies du conflit sont encore ouvertes. Les personnages issus de familles totalement différentes vont alors prendre des décisions qui vont chambouler leur vie.

Deux réalisateurs iraniens présentaient leurs production au festival d’Erevan. Salem Salavati et son film “Le dernier hiver” et Majid Barzegar et son long-métrage “Parviz”. “Parviz” a reçu le prix du meilleur film.

“Parviz” est le deuxième film de Majid Barzegar. Il retrace l’histoire d’un homme d’une cinquantaine d’années qui vit avec son père et n’a jamais travaillé. Cette existence paisible se termine le jour où le père de Parviz décide de se remarier. Parviz n’a alors d’autre choix que de quitter la maison pour laisser la place à sa belle-mère.

200 films, représentant 90 pays étaient programmés cette année au festival d’Erevan. Une sélection très appréciée par le président du jury.

“Ils ont choisi des films qui voulaient dire quelque chose. notamment sur le manque d’amour, le manque de relations humaines”, a dit Istvan Szabo.

Dans la catégorie Panorama arménien, l’Abricot d’or a été décerné à Maria Sahakian et son film “Je vais changer mon nom”.

Evridika est une jeune fille qui vit avec sa mère dans un petit appartement entre la rivière et les rails. Une sorte de ville fantôme au fin fond de l’Arménie. Pendant que sa mère est en tournée avec la chorale dirigée par son concubin, Evridika est souvent laissée seule. Son voeux le plus cher est de changer de nom et de devenir une nouvelle personne. Elle se crée alors un univers imaginaire.